Gojo - Approche de la non dualité, ces 21 derniers jours

Chroniques d’un ermitage en Lubéron



mercredi 16 octobre 2019

  • Méditation et non-dualité.


    Question :
    Que signifie la non-dualité dans le contexte de la méditation ?

    Réponse :
    Non-dualité, signifie par exemple, dans la méditation, qu'il n'y a pas de méditant.
    Autrement dit, pas de centre, pas de personnage, pas d'entité.
    Ce qui nous apparaissait être le centre, ou le moi, si nous regardons bien, n'est qu'un autre élément du paysage perçu.
    Ainsi n'y a-t-il que le déploiement sans fin de ce qui est.
    Pas d'observateur, pas de moi, pas deux, pas de dualité.
    Dés qu'il nous semble que le moi a repris en main les commandes de la vie, surgissent également la séparation, la dualité, les conflits, et toute la cohorte des stratégies du moi pour contrôler, échapper, transcender, maitriser, la souffrance inéluctable.
    Mais dans la simple observation de ce qui est, libre du moi et donc de toute dualité, nait un sentiment nouveau d'espace, de paix et de joie.

mardi 8 octobre 2019

  • La méditation sans méditant.


    Après la pluie, le ciel était d'un bleu limpide et les feuillages des grands arbres scintillaient au soleil. Tout semblait frais et neuf.
    Baignée dans cette beauté d'un matin d'automne, la méditation semblait vouloir s'imposer naturellement.
    En elle, tout apparaissait, se déployait, puis se transformait. Le mouvement des feuillages dans le vent, le jeu des ombres changeantes dans le sous bois, le parfum de la terre mouillée, une machine qu'on entendait au loin.
    Que l'on se promène dans la nature, ou que l'on soit tranquillement assis sous un de ces arbres majestueux, la méditation véritable est sans méditant.
    Les nuages défilant dans le ciel, le cri d'un oiseau dérangé à notre passage, le contact des pas sur le sol souple, tout cela fait partie du paysage sans cesse changeant de la méditation.
    Il y a bien aussi quelques pensées, des sensations, parfois une tension, mais tout cela est perçu et fait aussi partie du paysage.
    Autrement dit, il n'y a pas de centre, pas de personnage fixe, pas d'entité, de moi personnel et séparé, et donc pas de méditant.
    Cette méditation, mais ce n'est là qu'un mot, est libre de l'attente, de la stratégie, du désir ou de l'idéal, de la peur, et par conséquent du temps.
    Elle est le déploiement de ce qui est, de la beauté, de l'incommensurable plénitude.
    Elle est l'épanouissement de ce que nous cherchions, hélas au mauvais endroit, dans le perfectionnement du moi.
    Dans cette simple promenade, par un matin lumineux, étaient la joie, la paix, la beauté et l'amour.

mardi 1er octobre 2019

  • Non-dualité et christianisme.


    La non-dualité n'est pas vraiment une religion.
    Elle est un courant spirituel, qui pointe directement vers la recherche de la vérité, et la reconnaissance de notre nature véritable. 
    Ce courant est présent dans pratiquement toutes les traditions spirituelles.
    Approfondir la dimension non-duelle, si cette démarche vous touche, peut se faire quelle que soit votre religion, ou votre absence de religion.
    Dans tous les cas, cela peut permettre d'approfondir et d'éclairer votre propre tradition.
    Par exemple, à la lumière de cette compréhension, les paroles du Christ s'éclairent, et une nouvelle profondeur, riche de sens et transformatrice, se révèle.
    Cela ne concerne pas le dogme, les spécificités et croyances, propres à chaque religion.
    Remarquez au passage, que de nombreux éléments du dogme de l'église chrétienne, sont très postérieurs au Christ lui même.
    Autrement dit, le message du Christ en son essence est magnifique, et la démarche non-duelle, correctement comprise, n'est en rien une trahison de son enseignement.
    Au contraire, elle va directement à sa source.