Sur le Web, ces 21 derniers jours

mardi 18 septembre 2018

  • Plastique, la grande intox


    Plastique, la grande intox (France 2, Cash investigation, 12 sept. 2018)

    Dans le monde, dix tonnes de plastique sont produites chaque seconde. Un dixième finit dans les océans, laissant présager qu'en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer. Face à ces chiffres effarants, Elise Lucet et son équipe partent explorer ce « continent plastique » qui ne cesse de grandir. Les responsables ? Les grands marques qui s'acharnent à développer une addiction à cette matière. Pour éviter d'endosser la responsabilité de la pollution, certains industriels ont trouvé la parade : la mettre sur les épaules des consommateurs. Enquête sur les stratégies secrètes de l'un des géants mondiaux des sodas et les promesses de recyclage des emballages.

    En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer. Sur les dix tonnes produites dans le monde chaque seconde, une tonne finit sa route dans les océans. Le continent plastique n'en finit pas de grandir. Les grandes marques, qui ont rendu le consommateur dépendant de ce matériau, se dédouanent souvent. Une équipe a enquêté sur les stratégies secrètes d'un des géants mondiaux des sodas et ses promesses de recyclage. Certains plastiques sont contaminés par des substances chimiques dangereuses pour la santé. Lesquelles ?
    Source : FranceTV

lundi 17 septembre 2018

  • Tout simplement L’ÊTRE : par Catherine Harding

    Catherine Harding m'a envoyé ce texte, que je partage avec vous.

    jlr

     

    enfant 2

     

    tre c’est d’abord être l’ÊTRE.

     

     

    On ne peut pas sortir de l’ÊTRE.

     

    On peut l’oublier, jamais en sortir

     

    Le bébé qui sort du ventre de sa mère simplement EST

     

    Ni ceci ni cela

     

    Simplement EST.

     

     

    C’est ensuite seulement que commencent les ceci ou cela.

     

    Fille ou garçon

     

    Blanche, noire ou jaune…

     

    Blond ou brun

     

    Afghan  ou japonais ou russe…

     

    Riche ou pauvre

     

    Fort ou fragile…

     

    C’est la prison de l’incarnation et de tous les conditionnements.

     

     

    Mais il n’est que d’en prendre conscience

     

    Ensuite il est facile d’en sortir.

     

    Il suffit de faire une conversion

     

    À l’intérieur de soi-même

     

    Le RETOUR

     

    Le retour en arrière, à la Source

     

    Le retour à l’Etre que nous étions à la naissance

     

    Et que nous sommes toujours, même si nous n’en sommes pas conscients

     

     

    Respirez profondément,

     

    Fermez les yeux,

     

    Regardez, percevez ,

     

    Reste-t-il quoi que ce soit à quoi vous identifier? 

     

    Tout ce qui reste

     

    N’est-ce pas simplement la vibration de la Vie?

     

    Au-delà de toute manifestation?

     

    La Présence ?

     

     

    Tout simplement

     

    L’ÊTRE

     

    Clair et inaltérable

     

    Au-delà de toutes les apparences et pensées

     

    Au-delà du personnage,

     

    Au-delà de l’histoire que la vie nous a attribués 

     

    Qui eux, varient sans cesse

     

     

    Retournez ainsi à la grande Ouverture qui elle ne change jamais

     

    L’Immuable:

     

    Qui et Ce Que nous étions à notre arrivée sur terre,

     

    Qui et Ce Que nous sommes vraiment,

     

    Tous,

     

     Eternellement:

     

    l’ÊTRE

     

    La paix.

    "

     

    Catherine Harding

     

     

     

    .


dimanche 16 septembre 2018

samedi 15 septembre 2018

  • Remonter à la source

    70141AB

    Chinul est un maitre zen coréen 1158–1210

     

    "Le disciple : Quel est cet esprit  vide et calme, cette conscience lumineuse ?

    Chinul : Ce qui vient de me poser cette question, c'est précisément cela, ton esprit vide et calme,  la conscience lumineuse. Pourquoi ne pas retrouver son éclat plutôt que de le chercher à l'extérieur ?
    (...)
    Chinul : Tu entends le coassement de cette corneille et les appels de cette pie ?

    Le disciple : Oui.

    Chinul : Remonte à leur source et écoute ce qui écoute en toi. Est-ce que tu y perçois le moindre son ?

    Le disciple : Là, il n'y a plus de sons ni de pensées.

    Chinul : Ah, c'est merveilleux ! C'est la méthode d'Avalokiteshvara, le Bouddha de compassion, pour entrer dans le Réel. Laisse-moi te reposer la question  : tu as dit qu'il n'y avait ni sons ni pensées en ce lieu. Mais s'il n'y en a pas, faut-il pour autant dire que cela qui écoute est juste un espace vide ?

    Le disciple : En fait, ce n'est pas vide. C'est toujours clair et jamais obscurci.

    Chinul : Quelle est donc cette essence qui n'est pas vide ?

    Le disciple : Elle n'a pas de forme, et les mots ne peuvent la décrire.

    Chinul : Telle est le principe vital de tous les Bouddhas et de tous les maîtres, n'en doute pas ! Comme cela n'a pas de forme, comment cela pourrait-il être grand ou petit ? Comme cela ne peut être grand ou petit, comment pourrait-il être limité ? Comme il n'a pas de limites, il ne peut avoir un intérieur et un extérieur..."

    Buddhist Philosophy, essential readings.

     

     

    "Question: In our case, what is this mind of void and calm, numinous awareness?

     

    Chinul: What has just asked me this question is precisely your mind of void and calm, numinous awareness. Why not trace back its radiance rather than search for it outside?

     

    Chinul: Do you hear the sounds of that crow cawing and that magpie calling?

     

    Student: Yes.

     

    Chinul: Trace them back and listen to your hearing-nature. Do you hear any sounds?

     

    Student: At that place, sounds and discriminations do not obtain.

     

    Chinul: Marvelous! Marvelous! This is Avalokiteshvara’s method for entering the noumenon.Let me ask you again. You said that sounds and discriminations do not obtain at that place. But since they do not obtain, isn’t the hearing-nature just empty space at such a time?

     

    Student: Originally it is not empty. It is always bright and never obscured.

     

    Chinul: What is this essence which is not empty?

     

    Student: As it has no former shape, words cannot describe it.

     

    This is the life force of all the Buddhas and patriarchs—have no further doubts about that. Since it has no former shape, how can it be large or small? Since it cannot be large or small, how can it have limitations? Since it has no limitations, it cannot have inside or outside."

     


vendredi 14 septembre 2018

  • Ce qui change, ce qui ne change pas

    C'est frappant de voir que tout change autour de nous : les paysages, les gens, les situations, notre corps...

    Et tout change aussi en nous : les désirs, les opinions, les émotions, les sensations...

    C'est un vrai manège de fête foraine. Tout tourne, se modifie, évolue, nait, disparait...

    Mais il y a une chose qui ne change pas, et ce n'est pas une chose.

    C'est l'espace dans lequel tout cela apparait et disparait.

    L'espace est toujours là.

    Ouvrez les yeux, il est là.

    Fermez les yeux, il est là.

     

     

    20150805_120725

     

     

    Le contraste est frappant entre le tourbillon de la vie, et la stabilité de cette Présence.

    Ce contraste peut nous permettre de réaliser l'éveil.

    Retournons notre attention vers ce qui ne bouge pas, pour mieux accueillir toute cette danse.

     Et bien sûr, les phénomènes en mouvement et la conscience immuable ultimement sont Un.

    jlr

     

     

     


jeudi 13 septembre 2018

  • Non à l'éducation à la sexualité précoce et inappropriée
    MAJ de la page : Droits sexuels et Education à la sexualité

    Lire aussi : 
    Courrier type pour les parents, à envoyer au directeur d'établissement et rectorat, par les Professionnels contre l'Education sexuelle [abusive] et les Droits sexuels, juillet 2018  /
    Lettre aux citoyens, d'Ariane Bilheran, le 1 septembre 2018

    Voir plus bas dans la page : 
    NON A L’EDUCATION A LA SEXUALITE PRECOCE ET INAPPROPRIEE
    COMMUNIQUE DE PROFESSIONNELS ET D’ASSOCIATIONS DE PROTECTION DE L’ENFANCE

    Lire aussi : Est-il vrai que l'OMS impose des cours d'éducation sexuelle avant 4 ans ?, Cheknews, Libération, le 30 août 2018 / Standards pour l'Education sexuelle en Europe, OMS (p. 38 notamment où il est bien question de l'enseignement de la masturbation aux enfants de 0 à 4 ans)


    Education sexuelle à l’école: Marlène Schiappa fait « comme si »
    Une tribune du pédopsychiatre Maurice Berger, le 3 septembre 2018 - Causeur
    Voir aussi (vidéo) : Maurice Berger, Les dangers de l'éducation à la sexualité / Site internet


    Marlène Schiappa dans son bureau parisien, juillet 2018.

    Madame Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, a hérité d’un cadeau particulier de la part de Madame Vallaud-Belkacem, ex-ministre de l’Education nationale : la généralisation du plan d’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires. Face à l’inquiétude des parents, elle s’élève contre les « fake news » qui attaqueraient ce programme, en utilisant une méthode étonnante. Après les « en même temps », voici les « comme si »…

    Comme si je n’existais pas

    Depuis quelques jours, Madame Schiappa fustige une pétition signée selon elle par des personnes qui voient dans ce programme l’intervention de Satan et par des conspirationnistes. Oui, parmi les 35 000 signataires, quelques-uns disent voir là l’intervention du diable, mais la secrétaire d’Etat fait « comme si » cette pétition n’avait pas été initiée par des professionnels de l’enfance dont des professeurs de psychologie clinique, un membre du Conseil scientifique de la Société française de psychiatrie de l’enfant, etc. ; « comme si » elle n’avait pas recueilli l’accord de 95 psychiatres et pédopsychiatres, 260 médecins, 35 pédiatres, plus de 1000 psychologues/psychothérapeutes et 1500 enseignants. Pour ma part, je suis pédopsychiatre, j’ai pratiqué des dizaines d’avortements bénévolement pour créer un état de fait avant le vote de la loi Veil, je suis athée, convaincu de la nécessité des vaccins obligatoires, je ne corresponds pas vraiment à un profil de conspirateur ou d’intégriste religieux.

    Madame Schiappa argue que ce programme a reçu l’aval d’organisations sérieuses, « comme si » elle ignorait que, volontairement, il n’a été demandé l’avis d’aucun clinicien spécialiste du développement affectif de l’enfant. D’où le résultat médiocre et dangereux.

    Madame Shiappa rassure les parents en répétant à l’envie qu’il n’y aura aucun enseignement à la sexualité infantile en maternelle. Tant mieux. Mais elle fait « comme si » cette décision était spontanée. Or ce renoncement résulte de notre vigilance. La preuve : en 2017, sur le site internet de l’Académie de Grenoble, cet enseignement était programmé en grande section et il a été retiré dès que nous l’avons révélé publiquement. Lors du Congrès 2017 des enseignants de maternelle, le Planning familial a ainsi animé un atelier intitulé « L’éducation sexualisée [sic] : les petits aussi ! ».

    Comme s’il n’y avait rien d’inquiétant

    La seule garantie concernant l’abandon de cette éducation précoce serait que le gouvernement décide clairement de retirer des textes officiels toute référence aux « standards européens d’éducation à la sexualité » qui préconisent que cette éducation débute avant 4 ans. Entre 4 et 6 ans devraient ainsi être abordées les sensations liées à la sexualité (plaisir, excitation) puis entre 6 et 9 ans, les menstruations, l’éjaculation, le plaisir lié au toucher de son propre corps, les relations sexuelles. Ces « standards » figurent sur le site Canopé de l’Education nationale. Qu’est-ce qui empêche Madame Schiappa de supprimer toute référence à ce texte nocif ? Mystère.

    Madame Schiappa évoque la nécessité de lutter contre les effets des films pornographiques. « Comme si » décrire les six positions de pénétration vaginale et les sept de pénétration anale, dessins ludiques à l’appui – sur le site « onsexprime.fr » du ministère de la Santé destinés aux mineurs à partir de 12 ans – était vraiment la meilleure méthode.

    Madame la secrétaire d’Etat explique que les intervenants dans ce domaine ont été formés sérieusement. Elle fait « comme si » nous n’avions pas publié de nombreux témoignages qui montrent les méthodes étranges utilisées par certains de ces intervenants. Ainsi, les jours des interventions sont dissimulés aux parents ou indiqués comme « activités diverses » sur l’emploi du temps. On ment parfois sur leur contenu : « Amenez le carnet de vaccination de votre enfant » – qui ne sera pas ouvert – ou en CM2 : « On va parler de la reproduction animale alors qu’est passé le film Le miracle de la vie de Lennart Nilsson, qui montre un pénis éjaculant dans le vagin d’une femme filmé par micro-caméra et un accouchement avec vue en gros plan sur le périnée de la parturiente. Quant aux films de la série Le bonheur de la vie, toujours en CM2, ils comprennent un dessin animé montrant un personnage enfantin féminin caressant le sexe d’un personnage masculin pour lui provoquer une érection en expliquant que le pénis doit être en érection pour permettre la pénétration dans le vagin.

    Comme si les parents n’avaient pas leur mot à dire

    L’imagination de certains formateurs n’est jamais à court : prévenir les parents la veille afin qu’ils ne puissent pas s’organiser dans leur vie quotidienne au cas où ils prendraient la décision de s’opposer à la présence de leur enfant à ces cours, ou mettre ces cours début juillet, juste avant les vacances pour que les parents ne puissent pas exprimer ensuite leurs protestations, etc. Tout cela se fait « comme si » ce n’était pas contraire à la circulaire 2003-027 du 17 février 2003 indiquant que les parents d’élèves doivent être « informés et/ou associés » au projet éducatif.

    Madame Schiappa fait « comme si » cette éducation, dont le but explicite est un nouveau paradigme, une sexualité synonyme de plaisir, respectait le rythme de développement affectif de chaque enfant alors qu’il est indiqué dans les « standards européens » qu’on doit aborder les sujets décrits ci-dessus avant que l’enfant ne se pose des questions à leur propos. Résultat : nous recevons de nombreux témoignages d’enfants choqués, traumatisés, présentant des insomnies, des cauchemars, des refus de retourner en classe, etc.

    Madame Schiappa fait « comme si », tel qu’est fait le programme actuel, un adulte en position d’enseignant qui parle de sexualité, n’allait pas provoquer une excitation interne chez l’enfant. Ce qui le rend plus susceptible d’être la proie d’un prédateur éventuel.

    Dans leurs témoignages, les parents se plaignent d’être dépossédés de leur rôle de parent concernant l’éducation sexuelle. Enseigner de telles choses à des enfants à l’insu, à la place ou contre l’avis des parents et vouloir ainsi le bonheur de l’espèce humaine, cela ne vous rappelle rien ?

    Mais il y a un point sur lequel Madame Schiappa n’a pas fait « comme si », c’est celui de la communication médiatique : en répétant à l’envi qu’il n’y aurait aucune éducation à la sexualité en maternelle, elle détourne l’attention de ce qui va effectivement se faire en primaire et au collège.

    * * *

    NON A L’EDUCATION A LA SEXUALITE PRECOCE ET INAPPROPRIEE

    NOTRE GROUPE DE TRAVAIL N’A  AUCUNE APPARTENANCE RELIGIEUSE, SECTAIRE, OU POLITIQUE. NOTRE ACTION DE PROFESSIONNELS SPÉCIALISTES DE LA PÉDOPSYCHIATRIE, DE LA PSYCHOLOGIE, ET DU PSYCHOTRAUMATISME N’A AUCUN BUT IDÉOLOGIQUE ET A COMME SEUL OBJECTIF LA PROTECTION ET L’INTÉRÊT DE L’ENFANT.

    COMMUNIQUE DE PROFESSIONNELS ET D’ASSOCIATIONS DE PROTECTION DE L’ENFANCE

    Source : Professionelles contre les Droits sexuels et l'Education à la sexualité 


    Dès la rentrée prochaine, les écoliers français auront des séances « d’éducation sexuelle et affective dans le cadre de la loi contre le harcèlement de rue », loi que les associations de défense des enfants ont jugé scandaleuse car vidée totalement de la moindre dimension réellement protectrice vis-à-vis des mineurs victimes de violence.

    Dans ce contexte, Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Egalité entre les femmes et les hommes, utilise cette loi postiche pour faire entrer un cheval de Troie dans les écoles en renforçant l’éducation sexuelle en milieu scolaire. Cette loi est rendue applicable pour tous dès la maternelle depuis le dernier plan Stratégie de santé sexuelle du ministère de la Santé du 30 Mars 2017[1], p 14). Madame Schiappa déplore que la loi « existe déjà, mais qu’elle n’est pas mise en œuvre »[1] Elle le sera donc dans un accord mis en place avec l’Éducation nationale nous dit-elle[2].

    Derrière des arguments de façade (le bien des jeunes, la lutte contre la pornographie et les violences sexistes, le respect mutuel, savoir dire non), nous savons que des associations ou des intervenants formés à l’éducation à la sexualité vont intervenir systématiquement dans les classes. Nombre de ces intervenants s’appuient sur des idéologies et des théories prônées dans les scandaleux « Standards européens d’éducation à la sexualité » et la « Déclaration des droits sexuels » de l’IPPF (International Planned Parenthood Federation) dont nous dénonçons les dangers depuis des mois pour les enfants[3]. Les enfants sont donc bien en risque de subir une sexualisation précoce et traumatique sans qu’aucun contrôle ne soit possible ni de la part de parents ni de la part de professionnels formés sur le développement psychique des enfants.

    La Grande-Bretagne vient de faire un pas en termes de sexualisation précoce des mineurs, en instaurant des cours obligatoires de consentement sexuel à l’école qui seront délivrés dès le plus jeune âge (4 ans)[i].

    Nous, professionnels, associations de défenses des droits de l’enfant et de sa protection, défendons depuis des mois qu’un enfant n’est pas en capacité de donner un consentement sexuel éclairé avant 15 ans, que ce soit vis-à-vis d’un adulte ou d’un autre enfant. Un enfant petit est par essence immature pour la sexualité et vulnérable. Il a besoin d’être protégé par un interdit clair et fort avec des adultes garants de sa sécurité psychique et physique.

    En France, il nous est annoncé que malgré les termes « dès le plus jeune âge » prônés par les Standards européens d’éducation à la sexualité qui recommandent une information dès 0 an[4] (et qui sont une référence du rapport du HCE[5]) et malgré qu’il s’agisse de l’enseigner « dès la maternelle » comme l’indique le plan de stratégie de santé sexuelle du ministère de la Santé du 30 Mars 2017[6],  finalement l’éducation à la sexualité ne commencera qu’à l’âge de 6 ans (loi 2001). Il n’en demeure pas moins que le danger de cette exposition beaucoup trop précoce est réel pour tous les enfants de moins de 14 ans comme nous l’a montré un certain nombre de témoignages reçus d’enfants traumatisés par ces séances [8].

    Nous restons mobilisés car si notre action a empêché des initiatives plus précoces en France (n’oublions pas que l’académie de Grenoble s’était illustrée pendant des mois avec un programme pour les grandes sections de maternelle retiré après notre alerte), il n’en demeure pas moins que nous restons totalement opposés à ce qui est proposé actuellement à partir de 6 ans et exhortons les pouvoirs publics à mettre en place les garde-fous nécessaires, à savoir :

    1) que les Ministères de l’Éducation Nationale et de la Santé renoncent explicitement aux Standards européens et à la déclaration des droits sexuels de l’IPPF dont nous avons décrit les dangers pour les enfants.  Ces Standards sont toujours préconisés sur le site Canopé[9] de l’Éducation nationale alors qu’ils constituent des préconisations extrêmement dangereuses pour le développement affectif des enfants, visant à sexualiser les enfants dés le plus jeune âge et de façon faussement protectrice. Ils prétendent, entre autres, les former au consentement sexuel (en matière de sexualité, entre 0 et 4 ans, les Standards préconisent d’enseigner « le droit de refuser si l’expérience ou le ressenti n’est pas plaisant, faire confiance à son instinct »[10].)

    Autrement dit, il s’agit bien d’apprendre aux enfants le consentement sexuel dès le plus jeune âge…alors même qu’un jeune enfant n’a pas la maturité cognitive et psychoaffective pour être en capacité de consentir. Ceci lève tout interdit sexuel sur les mineurs et ouvre la voie aux prédateurs sexuels en augmentant leur impunité.

    2) que tout programme scolaire ou tout contenu relatif à des interventions sur la sexualité auprès de mineurs soit construit en accord avec les professionnels de la pédopsychiatrie, de la psychologie clinique de l’enfant et du psycho traumatisme et qu’aucune intervention sur ce thème ne puisse se réaliser en dehors de ce cadre délimité et transparent; et que les parents soient informés clairement alors que ces cours et leur contenu leur sont fréquemment dissimulés contrairement à ce qu’indique la circulaire du 17 février 2003 (voir les témoignages sur le site pros-contre-educsex[11]).

    La pétition[12] que nous avons réalisée il y a plus d’un an a recueilli plus 35 000 signatures dont 1/4 sont des professionnels de l’enfance, de la santé, du soin ou du droit. Parmi eux, 95 psychiatres et pédopsychiatres, plus de 100 médecins ou pédiatres, plus de 1000 psychologues/psychothérapeutes, et 1500 enseignants soutiennent cette action qui n’est donc pas le fait « d’extrémistes » ou « de conspirationnistes » comme s’en insurge faussement M. Schiappa[13] mais un cri d’alerte pour la protection des mineurs émanant de professionnels et d’associations dont la légitimité sur ces questions est irréfutable.

    3) que nos préconisations d’âge soient sérieusement prises en compte. Nous y avons demandé que le champ d’intervention de l’éducation à la sexualité se cantonne aux plus de 14 ans avec des informations scientifiques sans prosélytisme, et que toute éducation sexuelle autre que la prévention des agressions sexuelles soit bannie des écoles primaires et maternelles. Il nous parait indispensable que ces garanties puissent être apportées aux parents et aux enfants avant la rentrée de septembre 2018.

    Les signataires :
    REPPEA (Réseau de Professionnels pour la Protection de l’Enfance et l’Adolescence)

    Association l’enfant d’abord

    Association EPAPI Nord ( Association Enfant Prévention Action Pédophilie Inceste)

    Association EPAPI France (Association Enfant Prévention Action Pédophilie Inceste)

    Catherine Baudoin, Médecin généraliste attachée en pédopsychiatrie.

    Maurice Berger, pédopsychiatre, vice président du REPPEA

    Pascale Berton, pédopsychiatre

    Catherine Bonnet, pédopsychiatre

    Anne-Marie Clément, Présidente de la Fédération des Comités Alexis Danan pour la Protection de l’Enfance

    Pascal Cussigh, avocat et Président de l’association Coup de pouce-Protection de l’enfance

    Annie Dudin, pédiatre

    Aude Fiévet, psychosociologue, écoutante des victimes d’inceste depuis 1982

    Hélène Goninet, Sage-femme sexologue

    Lysiane Gosselin, psychologue

    Marie-Christine Gryson, psychologue clinicienne

    Isabelle HAMAIDE, psychologue clinicienne

    Eugénie Izard, pédopsychiatre, Présidente du REPPEA

    Gérard Lopez, psychiatre

    Brigitte Melot, médecin

    Séverine Mayer, auteure militante

    Alexandra Rhodes, psychologue clinicienne, expert psychologue, psychothérapeute enfants

    Hélène Romano, Docteur en psychopathologoe-HDR, psychothérapeute spécialisée dans le psychotraumatisme, vice presidente du REPPEA

    Galia Yehezkieli, pédopsychiatre libérale


    [1] « Déployer l’éducation à la sexualité au sein du Parcours éducatif de santé (3) à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée » sur http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/strategie_nationale_sante_sexuelle.pdf

    [2] https://www.marieclaire.fr/marlene-schiappa-confirme-la-mise-en-place-de-trois-seances-d-education-sexuelle-des-la-rentree-prochaine,1275156.asp

    [3] Livre « Danger de l’éducation à la sexualité pour les enfants » et site

    [4] cf tableaux page 38 informations pour les 0-4 ans) sur  https://www.sante-sexuelle.ch/wp-content/uploads/2013/11/Standards-OMS_fr.pdf

    [5] Rapport n°2016-06-13-SAN-021 publié le 13 juin 2016 sur http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_rapport_sur_l_education_a_la_sexualite_synthese_et_fiches_pratiques.pdf

    [6] Cf p14 « Déployer l’éducation à la sexualité au sein du Parcours éducatif de santé (3) à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée » sur http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/strategie_nationale_sante_sexuelle.pdf

    [7] https://proscontreeducsex.wordpress.com/

    [8] https://proscontreeducsex.wordpress.com/testimonial/

    [9] https://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons/pour-aborder-leducation-a-la-sante-et-a-la-sexualite.html

    [10] https://www.sante-sexuelle.ch/wp-content/uploads/2013/11/Standards-OMS_fr.pdf

    [11] https://proscontreeducsex.wordpress.com/testimonial/

    [12] http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2017N49527

    [13] http://m.leparisien.fr/societe/education-sexuelle-a-4-ans-marlene-schiappa-s-insurge-contre-les-fausses-informations-28-08-2018-7868322.php

    [i] Les petits Britanniques « y recevront les ingrédients d’une relation sociale et/ou amoureuse respectueuse, qu’il s’agisse d’une relation virtuelle (qui peut être le terrain du cyber harcèlement) ou « physique ». »[i] Le prétexte ? Des cas d’abus sexuels entre enfants qui ont lieu à l’école. Agression sexuelle ou simple « touche pipi » de jeunes enfants découvrant la différence sexuelle ? « Il est primordial que chaque enfant soit conscient de ses droits et du fait que rien n’est censé lui être imposé sans son accord » a expliqué le ministre de l’éducation Damian Hinds. Or expliquer le consentement en lieu et place de l’interdit des relations sexuelles pour les enfants (on parle d’enfants à partir de 4 ans), c’est aussi autoriser l’agir sexuel des mineurs.


  • Au-delà de l'objet

    Tout ce que je peux voir de moi, tout ce qui apparait dans le champ de ma conscience n'est pas moi puisque cela rentre dans le domaine de l'objectivité.

    Le corps est vu, c'est un objet.

    La sensation est vue, c'est un objet.

    La pensée est vue, c'est un objet.

    L'émotion est vue, c'est un objet.

    Ce n'est pas moi.

     

    Qui suis-je alors?

    Ce qui ne peut être objectivé.

    Et ce qui fait que les objets sont vus.

    La pure présence. Le champ de l'apparaitre.

    Le rien. La non-chose.

    Faire ce premier pas en arrière, se déprendre de l'objectivité.

    Et ensuite à partir de ce Rien, embrasser le monde,

    et devenir toutes choses.

    jlr

    20180810_164535

     

    Wei-Wu-Wei écrit ceci:

    "Il n’existe aucun mystère, sinon notre incapacité à  percevoir l’évidence.

    Comme l’a dit Mumon :« il n’y a aucun endroit où vous puissiez vous cacher ».

    Le supposé ou apparent « mystère » n’est dû qu’à l’inexistence objective de la non-objectivité pure, qui est la nature du Bouddha.

    Car l’objectivité ne peut qu’être conceptuelle, tandis que la non-objectivité  est  incompatible  avec  aucun  type  de  définition positive.

        Huang  Po  affirme  catégoriquement  que :  « En  vérité,  notre nature bouddhique est dépourvue du moindre atome d’objectivité ».

        Qu’y a-t-il donc de mystérieux dans cet être-ici-et-maintenant qui se trouve en tout lieu et hors duquel rien n’existe ?

        L’être est pure présence autonome et spontanée.

        C’est cela qui se cherche soi-même lorsque nous le cherchons et que nous ne pouvons pas trouver parce que c’est ce que nous sommes.

        Car objectivement, ce n’est pas là."

    merci à Patrice pour le texte de WWW

     

     

     


mercredi 12 septembre 2018

  • Enfin, enfin trouvé.

    Dans le livre de mon ami Jean-Pierre Chometon, Itinéraire d'un amoureux de la vie (Aluna, 2018), j'ai trouvé ce récit de Unmani Liza Hyde, qui relate son éveil.

    chometon


    "A cause de mon pied cassé, j’ai passé la plus grande partie du mois suivant, alitée à contempler le plafond. Je me sentais tellement perdue et à bout de force. La souffrance physique et émotionnelle était insupportable. « Ce n’est pas possible ! Je ne peux pas continuer ainsi. Cela ne peut pas être tout ce qui est ! »

    Environ un an plus tôt, j’avais entendu parler d’une femme qui abordait le sujet de « l’Eveil ». La première fois que j’avais entendu ce terme « Eveil », je n’avais aucune idée de ce qu’il signifiait et n’étais pas vraiment intéressée de le savoir. Cela semblait être encore une autre expérience spirituelle, un nouvel objectif à atteindre. Je savais déjà que ces objectifs spirituels n’avaient rien à voir avec la complétude de la réalisation. Mais quand j’en ai entendu davantage sur ce que cette femme disait, je devins terrifiée à l’idée d’aller la voir, car je réalisais bien que d’une certaine façon, c’était la fin.


    Condamné au lit avec mon pied cassé, je commençais à l’envisager. Tout en étant terrifiée, je savais aussi que je ne pouvais pas continuer de la sorte. Je me sentais assez suicidaire. La vie ne valait pas la peine d’être vécue. Tout ce que je voulais c’était atténuer ma peine, dormir ou mourir. Je suis donc allée la voir.
    Alors même qu’elle parlait, je luttais contre tout ce qu’elle disait. J’essayais de tout organiser. J’essayais de comprendre et de relier ce qu’elle disait avec ce que je pensais connaître. Les pensées tournoyaient et travaillaient très dur pour trouver la solution.


    C’est à ce moment-là, qu’il y eu soudain une reconnaissance de ce que je suis. Maintenant c’est vu comme ce qu’on appelle « l’Eveil ». Je ne peux pas dire que c’était quelque chose de vraiment spécial car il n’y avait rien, ni personne pour la décrire. Après ce non-événement, les pensées ont essayé de rapporter, d’expliquer que c’était arrivé à cause de ceci ou cela. Mais en fait c’était arrivé, tout simplement ! Ou plus précisément rien n’était arrivé. C’était en fait, la reconnaissance du caractère tout à fait ordinaire du non-savoir, mais avec elle, il y avait une relaxation et un tel soulagement par opposition au désespoir de la recherche.

    Il était évident que ce qui était montré, était vraiment ce que je suis. Je l’avais toujours su, mais je m’étais tellement habituée à ne pas le voir, car c’est toujours là, en arrière-plan du jeu de la vie. Je m’étais tellement habituée à ce que les gens fassent semblant et parlent de tout ce qui apparaît dans le jeu, que je n’avais jamais compris que le jeu pouvait être utilisé pour exprimer cela même, qui connaît le jeu. Une fois « vu », ce n’était plus que rires. « Regardez, nous ne faisons que faire semblant. Ha ! Ha ! » C’est ce qu’on appelle « l’Eveil ». En fait on aurait pu presque dire qu’il y avait fusion avec ce qui était déjà connu, mais seulement négligé. Il y eut des larmes de gratitude envers la Vie. Enfin, enfin trouvé. Enfin reflété dans l’apparence. Enfin le voile pouvait tomber, il n’y avait que la détente dans le non-savoir."

     “Je suis la vie même, Le paradoxe absolu du Rien en tant que Tout” (Charles Antoni L’Originel, collection Non-Dualité, 2007).


  • La Solution au Meilleur des Mondes
    MAJ de la page : Aldoux Huxley / Ariane Bilheran



    Ariane Bilheran, La solution au meilleur des mondes (Ana l'exploratrice, 11 sept. 2018)

    Si je devais réécrire maintenant ce livre, j'offrirais au Sauvage une troisième possibilité. Entre les solutions utopienne et primitive de son dilemne, il y aurait la possibilité d'une existence saine d'esprit - possibilité déjà actualisée, dans une certaine mesure, chez une communauté d'exilés et de réfugiés qui auraient quittés Le Meilleur des Mondes et vivraient à l'intérieur des limites d'une réserve. Dans cette communauté, l'économie serait décentraliste, à la Henry George, la politique serait kropotkinesque et coopérative. La science et la technique seraient utilisées comme si, tel le repos dominical, elles avaient été faites pour l'homme, et non (comme il en est à présent, et comme il en sera encore davantage dans le meilleur des mondes) comme si l'homme devait être adapté et asservi à elles. La religion serait la poursuite consciente et intelligente de la fin dernière de l'homme, la connaissance unitive du Tao ou Logos immanent, de la Divinité ou Brahman transcendant. Et la philosophie dominante de la vie serait une espèce d'Utilitarisme supérieur, dans lequel le principe du bohneur maximum serait subordonné au principe de la fin dernière - la première question qui se poserait et à laquelle il faudrait répondre, dans chacune des contingences de la vie, étant : Comment cette pensée ou cet acte contribueront-ils ou mettront-ils obstacles à la réalisation, par moi-même et par le plus grand nombre possible d'individus, à la fin dernière de l'homme ? 

    Aldous Huxley,  Retour au meilleur des mondes (1958), Ed. Pocket poche,


    Philosophia Perennis, la formule a été créé par Leibniz [tout comme celle de Meilleur des mondes possibles], (...) la chose est immémoriale et universelle. (...)
    La connaissance est une fonction de l'être. Là où il y a un changement dans l'être de celui qui connait, il y a un changement correspondant dans la nature et la quantité de connaissance. (p. 1 - Introduction)

    Dans l'étude de la Philosophia Perennis, on peut commencer soit par le bas, par la pratique et la morale, soit par le haut, par la considération des vérités métaphysiques, soit enfin par le milieu, au point focal où l'esprit et la matière, l'action et la pensée ont leur lieu de rencontre dans la psychologie humaine. (p. 13 - Tu es cela)

    La matière de la Philosophia Perennis, c'est la nature de la réalité éternelle, spirituelle (p. 155 - De la Vérité)

    Aldous Huxley, La philosophie éternelle (1945), Ed. Point poche,
     



    Interview d'Aldous Huxley par Mike Wallace, 1958

    Une infirmière se leva comme ils entraient, et se mit au garde-à-vous, devant le Directeur. 
    - Quelle est la leçon, cet après-midi ? demanda-t-il. 
    - Nous avons fait du Sexe Elémentaire pendant les quarante première minutes, répondit-elle. Mais maintenant, on a réglé l'appareil sur le cours élémentaire de Sentiment des Classes Sociales. (p.52)

    Jusqu'à ce que l'esprit de l'enfant , ce soit ces choses suggérées, et que la somme de ces choses suggéréées, ce soit l'esprit de l'enfant. Et pas seulement l'esprit de l'enfant. Mais également l'esprit de l'adulte - pour toute sa vie. (p.54)

    Dans un creux herbeux entre deux hautes masses de bruyères méditarranéennes, deux enfants, un petit garçon d'environ sept ans et une petite fille qui pouvait avoir un an de plus, s'amusaient, fort gravement et avec toute l'attention concentrée de savants plongés dans un travail de découverte, à un jeu sexuel rudimentaire. 
    - Charmant, charmant ! répétat sentimentalement le Directeur. (p.56)

    Aldous Huxley,  Le meilleur des mondes (1932), Ed. Pocket poche,


    Sous prétexte de lutte pour l'égalité des droits et le rejet des persécutions, l'on éduque à la sexualité. D'ailleurs, les termes sont explicites. 
    Les adultes se font initiateurs et éducateurs, non d'une prévention contre les risques en matière de sexualité (MST, grossesses précoces non désirées, transgressions sexuelles), mais de la sexualité elle-même, et ce, à des enfants mineurs sexuels. 
    Les "autorités" entendent désormais "éduquer" les enfants aux diverses pratiques sexuelles de la pornographie, à la sodomie, aux différentes "orientations sexuelles", au genre, au transsexualisme, aux opérations transgenres. (p. 43 - La Grande manipulation pédophile)

    Ariane Bilheran, L'imposture des droits sexuels: Ou la loi du pedophile au service du totalitarisme mondial (2017)


    Les victimes vraiment sans espoir se trouvent parmi ceux qui semblent les plus normaux. Pour beaucoup d'entre eux, c'est "parce qu'ils sont si bien adaptés à notre mode d'existence, parce que la voix humaine a été réduite au silence si tôt dns leur vie, qu'ils ne se débattent même pas, ni ne souffrent et ne présentent pas de symptômes comme le font les névrosés" [Dr. Eric Fromm]. Ils sont normaux non pas au sens que l'on pourrait appeler absolu du terme, mais seulement par rapport à une société profondément anormale et c'est la perfection de leur adaptation à celle-ci qui donne la mesure de leur déséquilibre mentale. (pp.31/2 - Excès d'organisation)

    Pour instruire en vue d'être libre, il faut commencer par énoncer des faits et des jugements de valeur, puis mettre au point les méthodes appropriées qui permettront de réaliser les valeurs et de combattre ceux qui , pour quelques raisons que ce soit, veulent ignorer les faits ou nier les valeurs. (p.126 - Etre instruit pour être libre))

    Dans leur propagande antirationnelle, les ennemis de la liberté pervertissent systématiquement les ressources du langage pour amener, par la persuasion insidieuse ou l'abrutissement, lerus victimes à penser, à sentir et agir comme ils le veulent eux, les manipulateurs. (p. 137 - Etre instruit pour être libre)

    En attendant, il reste encore quelque liberté dans le monde. (...) Peut-être les forces qui la menacent sont-elles trop puissantes pour que l'on puisse leur résister longtemps. C'est encore et toujours notre devoir de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous opposer à elles. (p. 154 - Que faire ?)

    Aldous Huxley,  Retour au meilleur des mondes (1958), Ed. Pocket poche,

  • Dépossession
    MAJ de la page : Liliane Held-Khawam

    Avec un livre indispensable pour comprendre le monde dans lequel nous sommes en 2018. 


    Le marché global de la dette représente aujourd'hui 230 000 milliards de dollars. Autrement dit, le triple du PIB mondial.
    À côté de cette dette inconcevable, plus d'un quadrillion de produits dérivés, véritable arme de destruction massive du système financier global, alimentent les circuits de la haute finance internationale.
    Plus personne ne peut rembourser une telle dette. Plus personne ne contrôle l'émission d'argent scriptural par les institutions financières privées. Les Etats et le secteur public sont dépassés. En clair: ils n'existent plus, sinon lorsqu'il s'agit d'éponger les opérations aventureuses du « casino » planétaire.
    Illustrant par de nombreux exemples ce constat apocalyptique, DÉPOSSESSION nous plonge dans les mécanismes et les manœuvres de la puissance techno-financière globale. Cette enquête d'une précision inédite nous montre que la dématérialisation, l'abolition des frontières et la démission des institutions politiques ne sont que les multiples noms de l'esclavage de demain.
    Un ouvrage de choc et d'éveil à lire et à méditer avant qu'il ne soit trop tard.
    Quatrième de couverture
    Liliane Held-Khawam, Dépossession, Ed. Réorganisation du monde, 2018

    Economiste d'entreprise et entrepreneur libano-suisse. Liliane Held Khawam milite activement depuis 1989 pour une réhumanisation de l'économie. Son blog est une source de référence sur les questions économiques.
    Le blog de Liliane Held-Khawam


    "Celui qui emprunte est l'esclave de celui qui prête" (Proverbe 22 de la Bible)
    Ce proverbe millénaire n'a pas pris une ride à l'heure où le marché global de la dette, qui s'élevait à 87 000 milliards de USD en l'an 2000, culmine à 230 000 milliards. De plus, il devient clairement impossible de la rembourser puisqu'elle représente le triple du PIB mondial. A côté de cette dette pharaonique, 1.2 quadrillon de produits dérivés (cfr. tableau en fin de livre), véritable arme de destruction massive du système financier global, serait dans les circuits de la haute finance internationale. 
       Les richesses réelles dont disposent les créanciers de la planète en contrepartie sont inconnues, mais d'une valeur très certainement inégalée dans l'histoire de l'humanité. La raison première en est très simple. Des transferts massifs de privilèges - parfois régaliens - ont afflués de la planète entière à destination du marché financier, représenté par un nombre d'acteur toujours plus restreint. Les privilèges transmis ont été si nombreux et essentiels à la vie constitutive d'un Etat d'abord et d'un Etat de droit ensuite, qu'ils vont conférer tout naturellement aux représentants de la haute finance internationale une hyperpuissance au détriment du secteur public. 
       Deux groupes vont au fil du temps se faire face, avec d'une part cette espèce de superentité financière planétaire, et de l'autre l'ensemble des Etats du monde, citoyens inclus. L'endettement public et  les prérogatives monétaro-financières retirées aux Etats, sont en train de mettre un terme à l'existence de ceux-ci, et au principe même de la chose publique.  (...)
    (p. 1 - Introduction)

    Liliane Held-Khawam, Dépossession, Ed. Réorganisation du monde, 2018

  • France, fiasco diplomatique et état voyou


    Trump and Macron’s awkward displays of affection


    France diplomatie-Macron AN II : Un fiasco diplomatique total 1/2
    Par René Naba, 3 septembre 2018 - Madanya

    8

    « Il y a plusieurs sortes d’intelligences dont la bêtise n’est pas la moindre». Thomas Mann.

    Le président Emmanuel Macron a inauguré le 27 Août à Paris la XXVIe conférence des Ambassadeurs de France, deuxième exercice du genre depuis son élection à la magistrature suprême, en 2017. Retour sur le fiasco diplomatique français à l’arrière plan des objectifs inavoués de la diplomatie française sous la mandature Macron.

    SAUVÉ PAR LE GONG
    Sauvé par le gong. Pour paradoxal que cela puisse paraître, Emmanuel Macron est redevable de sa nouvelle visibilité internationale à Vladimir Poutine, si pourtant vilipendé par la presse française, en ce que la lune de miel entre Jupiter de France et le gougnafier de l’immobilier américain a tourné en lune de fiel.

    Diner privé à la résidence de George Washington, le père de la nation américaine, discours devant le Congrés, pichinette pelliculaire sur l’épaule du président français, accolades, embrassades, poilade et fortes empoignades… Tout un tralala et patati et patata. Et puis patatras.

    Certes, Vladimir Poutine, ainsi que se gaussaient les éditocrates français, éprouvait un besoin pressant de sortir de son isolement et d’alléger la Russie des sanctions économiques qui la frappait du fait de son annexion de la Crimée et de son soutien victorieux à la Syrie. En un parfait synchronisme, la caste intellectuelle française, symptomatiquement, donnait d’ailleurs de la voix pour freiner une orientation dictée impérativement par le principe de réalité et le désastre français en Syrie, en mettant en garde contre une « alliance qui serait contraire aux intérêts de la France».
    Source (et suite) du texte : Madanya


    France diplomatie – La France, Patrie des Droits de l’Homme, un état voyou 2/2
    Par René Naba, le 7 septembre 2018 - Madanya 

    L’EXPÉDITION DE SYRIE : UNE FARCE TRAGIQUE. UN FIASCO.
    La manifestation de force occidentale contre le Syrie, en avril 2018, hors mandat des Nations Unies, a viré à une démonstration d’impotence. Le retour d’opération établit le constat d’un fiasco militaire doublé d’une farce tragique. La vérité des chiffres donne le bilan suivant : 110 missiles américains tirés contre la Syrie, dont 70 % abattus avant d’atteindre leur cible. Soit à raison de deux millions de dollars le missile, un budget de 220 millions de dollars pour trois syriens blessés. Ce qui donne 70 millions de dollars pour chaque syrien blessé.

    Ce chiffre ne tient toutefois pas compte des dépenses afférentes au déplacement de l‘Armada occidentale aux larges des côtes syriennes : un porte avions américain Harry Truman et son esacdre d’escorde de six bâtiments, deux sous marins anglais lance missiles etc.

    La France, suprême sophistication, a dépêché, elle, depuis la base aérienne de Saint Didier sur le territroire métropolitain, quatre avions «Rafale», escortés par 4 autres Rafale de protection, un avion ravitailleur et trois bâtiments de la marine soit au total 12 éléments de sa défense nationale pour un raid de 4 heures, au résultat aléatoire. Pis, L’opération Hamilton, au cours de laquelle 12 missiles français ont été tirés, a tourné au fiasco. Pas moins de quatre missiles ne sont jamais partis.

    Deux frégates Aquitaine et l’Auvergne ont essuyé une défaillance technique, entravant la mise à feu des missiles. C’est finalement, le bâtiment de remplacement, le Languedoc-Roussillon, qui a armé ses missiles pour atteindre la cible prévue, un centre de stockage d’arme chimique près de Homs. Les deux autres cibles ont été frappées par des tirs d’avions Rafale.
    Le prix des missiles prévus pour cette opération, capable de pulvériser une cible à plus de mille kilométres de distance avec une précision inférieure à un mètre, est de 2,8 millions d’euros l’unité.

    L’hypothèse d’un piratage informatique russe a été évoquée pour expliquer la défaillance technologique française.

    Pour des pays qui affichent des déficits budgétaires colossaux, l’exploit mérite d’être signalé, particulièrement la France, qui balance « un pognon dingue » aux plus démunis, chipotant le bout du gras faisant des économies de bout de chandelles en réduisant par exemple de 5 euros l’allocation APL concernant les loyers étudiants, ou en gélant depuis cinq ans les pensions des retraités, dont l’économie de surcroît ne dispose d’ailleurs pas des mêmes possibilités de rebond que les économies anglo saxonnes, avec leur monnaie nationale, le dollar et la livre sterling, qui servent de monnaies d’échange des transactions internationales.
    Source (et suite) du texte :  Madanya 

  • Rencontres avec le moine Gojo, automne hiver 2018.
     
    Voici le planning des rencontres et retraites avec le moine Gojo pour le dernier trimestre de 2018.
     
     
    Rencontres à Apt :
     
    Rencontres hebdomadaires à Apt (en Provence dans le Luberon):
    Tous les mercredis de 19h à 21h.
     
    Retraites :
     
    Retraite d'automne à Apt.
    26, 27, 28 octobre
     
    Retraite d'hiver à Apt.
    Du 28 décembre au 1er janvier 2019.
     
    Pour ces rencontres et retraites :
    Renseignements, inscriptions, écrire:
     
     
     
    Autres rencontres :
     
    Rencontre à Paris: samedi 13 et dimanche 14 octobre.
     
    Rencontre à La Ciotat: dimanche 18 novembre.
    Contact : zerogravity.com
     
     
    Si vous souhaitez organiser un stage ou une rencontre avec le moine Gojo:
     
    A noter :
    Chaine vidéo sur Youtube:
    Tapez "le moine Gojo" puis cliquez sur chaine, puis sur playlist.
     
     
    A bientôt .