Sur le Web, ces 21 derniers jours

jeudi 13 décembre 2018

  • dans la beauté de son absence

    jean-klein-1

     

    "Question : Comment décririez-vous la libération ?


    Jean Klein : Je vais vous donner une brève réponse.

    C'est être libre de soi-même, libre de l'image que l'on croit être soi-même.

    Voilà la libération.

    C'est une véritable explosion de voir que vous n'êtes rien, et de vivre alors en parfaite harmonie avec ce néant.  

    L'approche corporelle que j'enseigne est en quelque sorte un beau prétexte, car d'une certaine manière le corps est comme un instrument de musique qu'il faut accorder.


    Question : Et nous l'accordons pour  interpréter la chanson de notre propre néant.

     Jean Klein : Exactement.

    La libération, c'est vivre libre dans la beauté de son absence.
    Vous voyez en un instant qu'il n'y a rien de vu et pas de voyant. Alors vous le vivez."

    Jean Klein : Be Who You Are

    be who you are

    merci à Roxane Chapdelaine

     


mercredi 12 décembre 2018

  • Se libérer du temps.

    Question :
    Je m'aperçois qu'avec le temps et les années qui passent, vient souvent comme une sourde tristesse qui jette son voile sur la vie. 
    Que faire?

    Réponse :
    L'illusion d'être une personne séparée, nous plonge au cœur de l'espace-temps.
    L'espace est une chose tout-à-fait nécessaire à notre développement et à notre bien-être, mais le temps, devient vite un problème majeur.
    Durant la jeunesse, le stress du temps se dilue dans les espoirs, les aspirations, les utopies, mais plus nous avançons en âge, plus les mâchoires du temps semblent se refermer sur nous.
    Il est difficile d'avancer un nombre d'années précis, mais vers la cinquantaine, une certaine forme de désenchantement semble prendre le pas sur la joie et la fraicheur.
    En général, cela ne fera que s'accroître.
    Qui a côtoyé nos seniors, par exemple dans les maisons de retraite, a pu constater la tristesse, les regrets, et souvent l'immense chagrin qui y règnent, la plupart du temps dissimulés sous le voile de la pudeur.
    Bien sûr, c'est une grande chance si nous avons une activité qui nous passionne, et dans laquelle nous nous épanouissons, si nous connaissons de bons amis, ou sommes entourés d'une famille aimante.
    Bien sûr, c'est un avantage si nous savons cultiver un certain art de vivre, en essayant, par exemple, d'illuminer le quotidien même avec les plus petites choses.
    Pourtant le temps est là, qui nous guette, avec ses menaces liées à la vieillesse, à la décrépitude, à la maladie, à la solitude et à la mort.
    Alors que faire?
    Comment conserver la fraicheur, la joie, le don d'émerveillement, comment gagner la paix, la complétude ?
    Il semble que toutes nos stratégies n'y suffisent pas.
    Pour échapper, peut-être, aux griffes du temps, il faut s'en libérer totalement.
    Cela, la personne ne peut le faire, puisqu'elle est elle-même le temps.
    L'invitation est de voir que cette personne, essentiellement le corps-mental, et donc le temps, est perçue.
    Elle danse et apparaît en nous.
    Ce lieu où elle se déploie, nous, est l'espace que nous sommes vraiment.
    On l'appelle souvent, la Présence-consciente.
    Cet espace conscient que nous sommes est la liberté même.
    Il est libre des choses, des objets, de la personne, des problèmes et du temps.
    Alors, peut-être pouvons-nous nous laisser faire, et laisser doucement se découvrir cette infinie Présence, cette plénitude d'amour et de douceur, qui seule pourra réenchanter la vie, notre vie,
    au-delà de l'espace et du temps.

  • La revendication principale des Gilets jaunes : le RIC (ou RIP)
    MAJ de la page : Gilets Jaunes / Etienne Chouard





    Avec Etienne Chouard au péage de pont de l'Etoile (9 déc. 2018)



    Deux revendications principales des Gilets jaunes :
    RIC (Référendum d'Initiative Citoyen) ou RIP (Référendum d'initiative Populaire) dans tous les domaines et hausse substantiel des minimas sociaux (SMIC, RSA et retraites).
    Débat avec Etienne Chouard, Fly Rider, Yvan Bachaud et Léo Girod (Demos Kratos, 8 décembre 2018)
    Le RIC permettant ensuite de satisfaire aux autres revendications.
    Site internet : Etienne Chouard / FacebookLe messageJ'écris la constitution



    Etienne Chouard : «Le référendum d’initiative populaire est la cause commune des Gilets jaunes» (RT, le 11 déc. 2018)



    Gilets jaunes, Gilets jaunes : suite ou fin ? Débat avec Etienne Chouard, enseignant, Manuel Cervera-Marzal, sociologue, Alexandre Devecchio, journaliste, et Nelly Garnier, parti les Républicains (RT, le 10 décembre 2018)



    Réaction au discours de Macron, avec Etienne Chouard et Alexandre  Devecchio (RT, 10 déc. 2018)

    Alors, qu’impliquerait un rattrapage des gains productivité par le Smic ? (...)
    Le niveau du SMIC en 2018 ne serait pas de 1187,98 euros net (et de 1210 en 2019) mais il serait compris, au moins à 1472,05 euros, soit une augmentation de 23,7%.
    Source : La parole présidentielle a-t-elle encore un effet sur la réalité ? par Jacques Sapir, le 11 déc. 2018
    Lire aussi :
    L’existence de l’euro, cause première des « gilets jaunes », Tribune de Todd, Sapir, Gomez, Rosa, Hureaux, Werrebrouck…, le 8 déc. 2018Gilets jaunes : apprendre de l’histoire et agir dans le présent, par Eric Toussaint, le 10 déc. 2018
    Police. « Il y a la volonté que les collègues se lâchent », L'Humanité, le 7 déc. 2018 / Des « dérapages inadmissibles » de la police dénoncés par des syndicats de journalistes, Le Monde, le 10 déc. 2018




    Entretien avec Etienne Chouard (UNCUT, juillet 2018)




    Gilet jaune expliquant l'explosion de la dette par la trahison étatique donnant aux banques privées le pouvoir de création monétaire (RT, le 8 décembre 2018)




    Prise de Terre. Allô la terre!: Hervé Kempf de Reporterre "Vers une convergence des luttes" (RTS, 8 décembre 2018).
    Lire aussi sur le site de Reporterre : Cette guerre de basse intensité contre toute forme de révolte, par Gaspard d'Allens, le 13 nov. 2018




    Jean Bricmont, La gauche et les gilets jaunes (9 décembre 2018)

    Lire aussi : «Intolérable» : les images d'une arrestation de lycéens à Mantes-la-Jolie font scandale (Vidéos), 6 déc. 2018

    L’adage selon lequel le diable se niche dans les détails se vérifie toujours. L’affaire des lycéens de Mantes-la-Jolie objets d’une arrestation de masse, pour être entreposés ensuite à genoux et menottés dans le dos pour les uns et mains sur la tête pour les autres agit comme un révélateur. Une vidéo filmée complaisamment puis diffusée ensuite sur les réseaux nous permet d’assister à un drôle de spectacle où l’on voit des ados dans une position humiliante entourés de CRS en uniforme qui roulent des mécaniques en jouant les gardes-chiourmes militaires et assortissant leur pantomime de réflexions parfaitement audibles.
    Source (et suite) du texte : Mantes La Jolie : Castaner et Belloubet duesttiste de la honte, le 7 décembre 2018 /




    Gilets jaunes victimes des CRS (Le Parisien, 8 déc. 2018)



    Des gilets jaunes empêchés de monter sur Paris (8 décembre 2018)



    Bonjour tristesse : Les gilets jaunes (7 déc. 2018)



    HK et les Saltimbanks, On lâche rien (2010)

mardi 11 décembre 2018

  • Samadhi


    Samadhi 1, Maya l'illusion du soi (2017)



    Samadhi 2, Ce n'est pas ce que vous pensez (2018)

    Autres vidéos : Le Monde intérieur

  • Quand les multinationales attaquent les États


    Laure Delesalle, Quand les multinationales attaquent les États (2016)

    À travers trois affaires significatives, un décryptage édifiant du pouvoir des tribunaux d’arbitrage internationaux, qui menacent de faire prévaloir les profits des multinationales sur l’intérêt général.

    À l’automne 2016, des millions d’Européens descendent dans la rue pour protester contre le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. Son rejet par la Wallonie, par la voix de son ministre-président Paul Magnette, plonge alors l’UE dans une grave crise et place les tribunaux d’arbitrage sous le feu des projecteurs – et des critiques. Ce dispositif, prévu dans le cadre de nombreux accords commerciaux internationaux, permet à des multinationales d’attaquer les États devant des juges privés – des avocats d’affaires –, afin de réclamer la compensation d’un manque à gagner réel ou potentiel induit par un changement de législation. En 2016, Cosigo Resources Ltd. a ainsi déposé une demande d’arbitrage contre la Colombie : en classant "parc naturel national" un territoire amazonien sacré, Bogotá a annulé la concession minière de la compagnie canadienne, laquelle estime son préjudice à 16 milliards de dollars, soit environ 20 % du budget national colombien…

    Souveraineté ébranlée
    "L’arbitrage est un système profondément défaillant. Il n’est pas juste, pas indépendant, et il est loin d’être équilibré", assène le professeur de droit canadien Gus Van Harten. De la Colombie à l’Allemagne en passant par le Pérou, aux prises avec la multinationale Renco, dont la fonderie de plomb de La Oroya (la "Tchernobyl des Andes") crache des fumées toxiques qui empoisonnent les enfants, Laure Delesalle (La dette, une spirale infernale ?) a enquêté dans les arcanes de cette justice opaque, au pouvoir démesuré. Créé par les États, dans l’objectif d’attirer des investisseurs, ce système fragilise leur capacité à légiférer sur l’environnement, la santé, les conditions de travail, le tout au détriment des citoyens, qui seront en outre amenés à payer l’addition.
    Source : Arte

  • la vision royale

    Pour faire écho au texte de Jon Kabat-Zinn de hier, voici un autre texte sur la vision non-duelle, sans observateur.

    jlr

     

    " En temps ordinaire, il y a l'observateur qui observe une pensée.

    C'est ce qu'on appelle la dualité ; il y a un sujet et un objet, et il y a un objet qui est perçu.

    Cela n'est pas voir les pensées, car on ne voit pas leur véritable nature, puisque justement il y a cette dualité "moi, je vois". On a donc l'impression de voir, mais en fait on ne voit rien. L'esprit se voit lui-même, la pensée se perçoit elle-même ; à ce moment-là, évidemment, il n'y a plus d'acte de voir puisqu'il n'y pas quelqu'un qui voit quelque chose.

    Dans cet acte de non-voir, la vision est là, on comprend qu'il n'y a pas de dualité, de dissociation entre l'observateur et la pensée qui est perçue. Personne ne voit rien et dans cette non-vision on voit.

    C'est cela la vision royale."

    Guendune Rinpoché. Les bases de la pratique

    guendu29

    merci à Anne S.


lundi 10 décembre 2018

  • Observation sans observateur

    Jon Kabat-Zinn ici exprime clairement ce qu'est la non-dualité.

    jlr

     

    Kabat-Zinn_Jon_399202

     

    «Nous avons l'impression d'observer notre souffle comme s'il était distinct de celui ou celle qui l'observe.

    Nous observons nos pensées.

    Nous observons nos émotions, comme s’il existait une réelle entité, un "moi" qui applique les instructions, qui observe et expérimente les résultats.

    Nous n'imaginons jamais qu'il puisse y avoir d'observation sans observateur, enfin, jusqu'à ce que nous tombions, naturellement, sans forcer, dans la présence attentive.

    Lorsque c'est le cas, même pour un très bref instant, il est possible d'expérimenter la dissolution de la séparation entre sujet et objet, ce que nous pourrions appeler l'attention "pure"...

    La capacité à habiter une présence sans sujet, sans objet, non duelle, s'accroît lorsque nous nous consacrons sans réserve à être "là".»

    Jon Kabat-Zinn, Au coæur de la tourmente, la pleine conscience

     

    cité par Christian Miquel, Ego, non ego. (2018)


dimanche 9 décembre 2018

  • dès que vous tournez votre regard nu sur vous-même

     

    Ce texte est une merveille. A lire et à relire.

    jlr

    cerf

     

     

    "Dans cette claire vacuité où les pensées passées se sont évanouies

    sans trace aucune,

    Dans cette fraîcheur où les pensées à venir ne sont pas encore :

     A l'instant où s'établit le mode naturel sans fabrications,

    Voici cette conscience qui, à ce moment, est en elle-même tout ordinaire,

    Et dès que vous tournez votre regard nu sur vous-même,

    Ce regard qui n'a rien à voir débouche sur la clarté,

    La Présence dans son évidence, nue et vive,

    C'est une pure vacuité qui n'a été créée d'aucune manière.

    Un état inaltéré où clarté et vide sont indivisibles,

    Ni éternel puisque rien n'y existe vraiment

    Ni néant puisqu'il est clair et vif.

    Il ne se réduit pas à l'un, étant présent et limpide en toutes  choses.

    Et n'est pas le multiple, car tout y est d'une saveur unique dans l'inséparabilité,

    Telle est cette Présence intrinsèque et elle n'est rien d'autre."

     

    Padmasambhava, le livre des morts tibétain  ,

    traduction Philippe Cornu


  • Stage à Gand

    Je serai dans la ville de Gand, dimanche 16 décembre pour animer un atelier.

    Voici le petit texte de présentation

    Je parlerai en français, et Jacques Back traduira en flamand.

    jlr

     

    gant

    La voie du non-effort

     

    Nous faisons constamment des efforts pour être, pour exister en tant que quelqu’un. Notre vie est laborieuse. A l’école, dans la vie professionnelle…nous passons notre temps à nous projeter vers le futur. Même le chemin spirituel devient un chemin d’efforts, de travail : il faut aller voir les gourous, méditer, travailler sur soi…

    Stop ! Le stage, animé par José Le Roy, nous propose de ne rien faire du tout, de suivre la voie de l’abandon, du moindre effort. Nous allons partir en vacances dans la grande Vacance de la vie. Nous allons nous reposer dans l’être, et trouver là tout ce que nous cherchons : la paix, la joie, la liberté, l’amour…Pas besoin d’effort pour être, ou pour être éveillé. Tout est déjà ici. Il n’y a rien à faire, et nulle part où aller.

    L’ego est une contraction douloureuse ; José Le Roy nous propose de nous détendre dans notre état naturel, dans la Présence parfaite. D’expérimenter le sans limite, le sans stress, le sans effort.

    Tout cela grâce à la voie du philosophie Douglas Harding (1909-2007) qui va nous montrer que nous sommes déjà arrivés chez nous avant même d’être partis.

    José Le Roy est un philosophe et écrivain français, spécialiste de philosophie indienne ; il dirige les collections d’une maison d’édition française Almora (il publie entre autres Mooji, Jeff Foster, Jean Klein etc) Il a été un proche ami de Douglas Harding pendant plus de 15 ans, et il a animé avec lui de nombreux ateliers. Il anime aujourd’hui des ateliers de méditation  et d’éveil à Soi. Il est l’auteur de 10 livres sur le lien entre spiritualité et philosophie et partage cet enseignement depuis plus de 25 ans.

     

    Renseignements et inscription:

    Jacques
    +32 476 98 65 04
    jacques.back@telenet.be


samedi 8 décembre 2018

  • Que signifie Voir Qui vous êtes vraiment ?

    Question : Que signifie Voir Qui vous êtes vraiment ?

         Douglas Harding : C’est tellement simple que c’est difficile à décrire. Normalement, nous regardons les choses là-dehors. Voir Qui vous êtes vraiment ; c’est regarder ce à partir de quoi vous regardez, Ce qui regarde. C’est faire pivoter votre attention de 180° et regarder ce qui est le plus proche de vous que tout le reste, ce qui est central dans votre vie – l’ingrédient permanent dans tout ce que vous êtes et faites. C’est-à-dire ce qui est à 0 centimètre de vous. Habituellement, je suis attentif à ce qui est relativement loin de moi – à quelque centimètres, mètres ou kilomètres.

    Mais ce qui est Ici, c’est un lieu que j’ai appris à ignorer, à cause de la pression sociale. J’ai appris à prétendre que ça n’existe pas, que ce n’est pas important, que c’est dangereux et qu’il ne faut pas s’en occuper. C’est voir ce qui est exactement Ici où je suis – ce à partir de quoi je regarde. Voilà ce que Voir signifie pour moi …

    Question : Que suis-je ?

        ...C’est la Non-chose qui est réellement Rien, Absence de chose, vraiment indescriptible. Mais c’est ce que je suis et donc c’est tout ce que je connais vraiment sans être capable de le décrire. C’est quelque chose qui me déconcerte, tant c’est inexprimable. C’est ce que je suis. Et que suis-je ? Je suis Non-chose, conscient de l’être. Et parce que c’est totalement mystérieux, auto-créateur, invraisemblable, incompréhensible, inconnaissable, cela devient mystérieusement ce en quoi je puis placer ma confiance »


    L’immensité intérieure

     

    DouglasBarbeNB

    Photo de Douglas Harding, par Dominica

     

     


  • Retraite d'hiver du 28 décembre 2018 au 1er janvier 2019.
    LA VOIE DE LA NON-DUALITE
     
    Retraite d'hiver en Provence dans le Luberon
    du 28 décembre 2018 au 1er janvier 2019.
     
    La retraite d'hiver est un moment privilégié pour découvrir et célébrer notre nature véritable.
     
    La retraite débutera le vendredi 28 décembre à 16h et se terminera le mardi 1er janvier vers 17h30.
     
    Le lieu :
    En pleine nature, en Provence, dans le Luberon, au dessus de la petite ville d'Apt.
     
    Le programme :
    Méditation, dialogues, approche corporelle, et.... le réveillon.
     
    Le stage inclut :
    La retraite, les repas, le réveillon.
     
    Hébergement :
    Il n'y a pas d'hébergement sur place, mais de nombreuses possibilités existent tout autour.
    Nous pouvons vous en indiquer quelques unes.
     
    ATTENTION.
    Le nombre de places est limité, il est prudent de vous inscrire et de réserver votre hébergement rapidement.
     
    Renseignements, inscriptions, écrire :

vendredi 7 décembre 2018