Vendeurs de guerre (The Lab)

mardi 26 mai 2015
par  space

Yotam Feldman, Vendeurs de guerre (The Lab, 2013) (Israël, France, Belgique, LCP, 2014)

"Je veux aborder un point à propos de Gaza, à propos de notre présence au Liban, ou de notre présence futur dans d’autres endroits, puisque nous voulons préserver un équilibre, nous devons mettre la punition au centre de notre stratégie, la punition offre une marge de manœuvre, on leur colle une claque une fois, deux fois, ou trois fois, par devant ou par derrière. Faut-il frapper leur biens ou les leaders ? mais l’objectif principal de nos forces est de tuer l’ennemi, avant d’entrer en contact avec lui, pendant le contact, et ensuite quand il se replie, c’est le plus important la quantité est plus importante que la qualité. Une des erreurs de l’armée est de discuter individuellement chaque cas, est-ce un tel mérite la mort ou non. Entre nous, dès leur naissance la plupart de ces gars sont destinés à mourir, alors aidons-les !"

Ancien responsable des forces armées du nord

Il est très rare de pouvoir approcher de près la guerre, les recherches de pointe en armement et en sécurité.

Les hauts militaires israéliens que suit le réalisateur Yotam Feldman sont pour tant sans complexe. Ils ont du monde une vision parfois sophistiquée, ils lisent les philosophes et se reconnaissent dans les valeurs du progrès social. La plupart ont fait leur carrière en Cisjordanie, territoire occupé par Israël, qui leur a servi de laboratoire. Ils exportent à présent dans le monde entier un savoir-faire hors du commun.

Armement, sécurité, nouvelles théories militaires, ils ont inventé les drones ou le fusil à tirer dans les coins. Pour cela, les plus grandes armées du monde viennent les consulter et font d’Israël l’une des plus grandes puissances exportatrices d’armes. Avec “Vendeurs de guerre”, nous pénétrons dans un monde très fermé, terrifiant et passionnant à la fois.

Source : LCP Assemblée nationale

http://4.bp.blogspot.com/-ZG0ZW7zwB... <http://4.bp.blogspot.com/-ZG0ZW7zwB...>

“Les guerres contre Gaza font maintenant partie du système de gouvernance israélien“ : entretien avec le cinéaste Yotam Feldman

Par Ofri Ilani, le 6 août 2013

Dans son nouveau documentaire, “The lab “, Yotam Feldman explore la manière dont les industries d’armement israéliennes interagissent avec la politique du pays, son économie et les prises de décision militaires. Les armes, la technologie militaire et le savoir-faire israéliens sont valorisés parce qu’ils ont été testés sur le terrain dans ses guerres et ses combats contre les Palestiniens et contre les pays voisins. Ci-dessous une conversation avec Yotam Feldman au sujet de son film, des marchands d’armes et de l’économie militaire israélienne.

Peut-être devrions nous commencer par la place d’Israël sur le plan international. Ces dernières années, on l’a souvent caractérisé comme un “isolement mondial croissant“. Il peut arriver que cet isolement diminue parfois, mais il y a un consensus généralisé sur la baisse de popularité d’Israël à chaque nouvelle guerre et opération militaire. Vous dites qu’en fait c’est le contraire. Dans votre film, on peut voir des officiers des armées du monde entier venir en Israël pour acheter des armes - d’Europe, d’Inde, d’Amérique latine et bien sûr - des États-Unis, vraiment du monde entier. Alors, ce discours sur les critiques et sur l’isolement est-il une comédie à laquelle tout le monde participe ? Ou bien ces critiques représentent-elles une autre force que nous devons prendre en compte ?

Je pense qu’une vision d’Israël s’est installée, celle d’un barbare sans retenue qui vit dans un environnement brutal et qui est donc obligé d’exercer une force considérable, excessive, bien que nécessaire. Il s’en suit que cette vision est en général condescendante et indulgente. Plus important encore, je crois que le marketing de la sécurité d’Israël a réussi là où la Hasbara [promotion] a été moins fructueuse. Beaucoup de gens ne voient pas le lien entre l’armement high-tech d’Israël et la force militaire débridée dont on parle dans les rapports des ONG des droits humains. Les gens les considèrent comme deux phénomènes distincts, affectés seulement d’une proximité spatio-temporelle. Si on lit le rapport Goldstone sur le bombardement de la cérémonie à l’académie de police à Gaza, le premier jour de Plomb Durci, et si on lit ensuite une brochure publicitaire de Rafaël concernant les tests opérationnels effectués sur « Spike 4 » (le missile utilisé par Israël lors de cet événement), il faut faire un effort pour se rendre compte que ce sont là deux récits différents du même événement historique. Il en va de même pour les drones utilisés dans les assassinats [ciblés, ndlt] à Gaza. D’un autre côté, il est possible que les Européens comprennent tout cela et ne s’en soucient tout simplement pas

Dans la dernière décennie, à la suite de l’opération Plomb Durci, il y a eu le sentiment que cela ne pouvait plus durer, que dans cette situation, Israël devrait se lancer dans une troisième, quatrième, cinquième sixième guerre de Gaza, et peut-être également sur d’autres fronts – mais aussi qu’il ne peut pas vraiment être impliqué dans autant de guerres.

Après le désengagement (de Gaza) s’est mis en place, à mon avis, un processus qui n’a été remarqué que par quelques personnes en dehors de l’armée. La guerre a cessé d’être un événement extraordinaire, inattendu et dramatique dans la vie de la nation, et elle est devenue une activité périodique qui en fait partie. Ainsi, à n’importe quel moment, Israël est soit en pleine guerre de Gaza, soit dans l’attente de la prochaine. Entre le désengagement de 2005 et « Plomb Durci », nous avons eu « Pluies d’été », « Hiver Chaud », et plusieurs autres opérations militaires à Gaza. Yoav Galant, commandant du front sud entre le désengagement et Plomb Durci, et que l’on peut voir dans le film, a joué un rôle majeur dans la formulation de cette doctrine. Il a employé la métaphore d’une tondeuse à gazon pour la décrire : la guerre comme une opération de maintenance de routine, périodique, au-delà des frontières.

Un des facteurs qui y ont contribué a été l’utilisation massive de véhicules blindés ou de véhicules automatiques sans pilote, qui permet de mener des guerres dans lesquelles il n’y a aucun rapport entre le risque pris d’un côté et le risque encouru de l’autre. Cela a remanié toutes les catégories morales, politiques et légales appliquées à la guerre. Jusqu’ici, toutes les campagnes militaires étaient fondées sur l’hypothèse d’un conflit dans lequel les deux parties acceptaient la possibilité de tuer ou de mourir, mais ici, dans presque tous les cas, un côté tue et l’autre meure. Les industries d’armement, qui développent des produits pour les conflits du type de ceux de Gaza et persuadent l’armée israélienne de les acheter jouent ici un rôle crucial. Le résultat est inquiétant car il me semble que la guerre à Gaza est devenue inhérente au système politique israélien, peut-être même une partie de notre système de gouvernance. C’était particulièrement perceptible pendant l’opération Pilier de Défense qui a eu lieu pendant la campagne électorale, et dont pourtant le soutien a fait l’unité de tous les candidats au pouvoir.

Pensez-vous que les essais des systèmes d’armement ont joué un rôle dans, disons, les calculs d’Ehud Barak lors des récentes guerres à Gaza ?

C’est difficile à écarter. Le lien est beaucoup plus direct que celui fait par le général Dan Halutz entre la deuxième guerre du Liban et son portefeuille boursier personnel. Il y a des liens très étroits entre, d’un côté les industries d’armement, et de l’autre l’armée et le système politique. La société d’armement la plus rentable est Elbit, propriété de Mickey Federman, un des amis les plus proches d’Ehud Barak, et qui joue aussi un rôle clé dans ses campagnes électorales. Cette société est spécialisée dans les moyens avancés pour les guerres asymétriques, exactement le type de guerres conduites par Ehud Barak à Gaza ces dernières années. Il existe d’autres cas de liens personnels comme celui-ci. En outre, il y a aussi un intérêt économique national. Le ministère de la défense joue un double rôle en tant qu’autorité supervisant la structure militaire et en tant que promoteur des ventes pour l’industrie d’armement israélienne à l’étranger. Je pense qu’il serait inhumain d’exiger que Barak sépare ces deux aspects. Je ne dis pas qu’ils s’engagent dans des campagnes militaires à Gaza pour tester des systèmes et s’enrichir, mais cela joue sans aucun doute un rôle.

Un niveau au-dessous, le complexe militaro-industriel israélien se donne beaucoup de mal pour convaincre les officiers de l’IDF [Forces de Défense d’Israël en anglais, ndlt] d’acheter leurs produits, et de les utiliser afin de booster leur potentiel d’exportation. Cela passe aussi par le recrutement massif d’officiers supérieurs à la retraite comme promoteurs des ventes et chefs de projets face à leurs anciens collègues de l’IDF. Un exemple remarquable est celui d’Elbit et du Général à la retraite Yiftach Ron-Tal.

Cette approche porte ses fruits. Un acteur clé du complexe militaro-industriel m’a dit que les tests opérationnels effectués à Gaza sur le BMS d’Elbit (Système de gestion du combat – un système spécial du genre internet pour les forces terrestres), un énorme projet à un milliard de dollars, a permis à Elbit d’augmenter son prix de vente lors de la signature d’un contrat avec l’Australie un an plus tard. Même chose pour Rafaël. La société a ouvertement déclaré qu’elle comptait profiter de l’escalade de violence qui a précédé l’opération Pilier de Défense – avec la première utilisation du “Dôme de Fer “ – pour lever environ un demi milliard de shekels (approximativement 135 millions de dollars) par une émission d’obligations. Un vendeur de chez IAI (Industries Aérospatiales Israéliennes) m’a dit que les assassinats et autres opérations à Gaza provoquent une croissance des ventes de l’entreprise de plusieurs dizaines de %.

Source (et suite) du texte : France Palestine

Présentation du film (2014)

"Je pense qu’en Europe et dans plusieurs pays cela est difficile de critiquer Israël, on est très vite considéré comme étant antisémite et il est malaisé de faire admettre qu’une dénonciation de la politique du gouvernement israélien soit légitime."

Yotam Feldman (réalisateur israélien)

* * *

L’ONU juge l’armée israélienne responsable des attaques contre des écoles à Gaza

Le 27 avril 2015 - AFP

L’armée israélienne est responsable de sept attaques contre des écoles de l’ONU lors de son offensive sur la bande de Gaza à l’été 2014, affirme ce lundi un rapport d’enquête de l’ONU.

Ces attaques ont fait au moins 44 morts et 227 blessés entre le 16 juillet et le 26 août dans ces écoles qui étaient utilisées comme abris par les civils palestiniens.

Source : Le Soir

* * *

Gaza : des soldats israéliens brisent le silence sur les dérives de Tsahal (ITele, 5 mai 2015)

« A Gaza, les excès de l’armée étaient délibérés »

Par Luis Lema, le 7 mai 2015 - Le Temps

Les témoignages de soldats recueillis par Breaking the Silence ont provoqué une onde de choc en Israël. La Suisse finance cette organisation

C’est un nouveau coup de tonnerre dans le ciel israélien. Yehuda Shaul est le cofondateur de Breaking the Silence (Briser le silence), cette organisation de vétérans qui vient de publier les témoignages de dizaines de soldats et d’officiers israéliens sur leur comportement et sur les instructions qu’ils ont reçues lors des opérations militaires menées à Gaza l’été dernier. Civils pris délibérément pour cible, destructions volontaires de simples habitations, bombardements indiscriminés visant à terrifier la population… Ces révélations ont provoqué une onde de choc en Israël. Mais nombre de critiques aussi. Parmi elles : celle de recevoir de l’argent de l’étranger. Breaking the Silence est notamment financée par… la Confédération helvétique.

Le Temps : On vous reproche parfois de répondre aux vœux de vos bailleurs de fonds plutôt qu’au souci d’impartialité. La diplomatie suisse vous transmet-elle des ordres ?

Yehuda Shaul : C’est évidemment absurde. Nous sommes parfaitement transparents sur la provenance de nos fonds, suisses, suédois, finlandais mais aussi de beaucoup de donateurs privés israéliens. Cette accusation est simplement destinée à dévier l’attention étant donné la force des témoignages recueillis.

Vous vous livrez à cet exercice depuis des années déjà. Ces nouveaux témoignages sont-ils similaires à ceux que vous avez réunis par le passé ?

Ils n’ont rien à voir. Nous étions nous-mêmes tellement choqués par ce que nous avons entendu que nous avons décidé d’en débattre avec le haut commandement militaire avant publication. Mais l’armée n’a jamais donné suite à notre demande.

Ce n’est pas ce que dit l’armée. Elle affirme que vous ne l’avez jamais consultée.

C’est un mensonge. Et nous avons les documents qui le prouvent [Le Temps en a pris connaissance, ndlr]. Encore une fois, c’est une manière de noyer le poisson et de refuser d’exposer les règles d’engagement qui étaient en vigueur à Gaza. De refuser d’expliquer pour quelle raison l’armée inflige volontairement de tels dommages massifs et prend à dessein des cibles civiles.

En quoi ces règles d’engagement ont-elles changé ?

Au début des années 2000, lors de la deuxième Intifada, lorsque j’étais moi-même actif, le lancement d’un obus d’artillerie nécessitait l’accord au plus haut niveau et était totalement exceptionnel. Par la suite, lors de l’opération « Plomb durci », 300 obus ont été lancés. Or, l’été passé, ce sont 19 000 obus qui sont tombés sur Gaza. Lorsqu’on sait qu’à 50 mètres du point d’impact il n’y a aucune chance d’en réchapper, on commence à mesurer ce qui s’est passé. On a créé un champ de bataille comme dans les livres d’histoire, lorsque deux armées se faisaient face. Mais on a simplement ignoré la présence massive de civils. Toute personne qui restait dans une zone de combat était considérée, au mieux, comme un suspect, sinon clairement comme un ennemi à abattre.

Les témoignages sont glaçants, mais ils sont anonymes. Pourquoi ?

Nous connaissons les noms de chaque témoin, et leurs dires ont été vérifiés. Certaines de ces personnes sont encore dans l’armée et iraient en prison si leur nom était dévoilé. En Israël, des manifestants anti-guerre ont été battus, les bureaux d’une association importante (B’Tselem) ont été attaqués… Ce sont les mêmes personnes qui se rendent coupables de ces agissements, qui installent ce climat social et qui, ensuite, reprochent aux soldats de ne pas oser témoigner à visage découvert…

Les autorités militaires affirment que cela leur permettrait d’ouvrir des enquêtes pour vérifier leurs dires…

C’est une blague. A la suite de « Plomb durci », 55 d’entre nous ont décidé de témoigner en pleine lumière. Nous étions alors en 2010 et l’armée avait promis d’enquêter sur nos témoignages. Or, plus de quatre ans plus tard, combien d’enquêtes ont-elles été ouvertes ? Aucune, zéro ! Pourtant, nous avons nous-mêmes relancé l’armée et nous nous tenons à sa disposition. Nous n’avons rien à cacher, bien au contraire.

Le fait de recourir à des témoignages individuels n’entraîne-t-il pas le risque d’avoir des évaluations uniquement subjectives de ce qui s’est passé ?

Un quart des quelque 70 personnes que nous avons interrogées sont des officiers. Ils viennent de tous les corps de l’armée et parfois du centre de commandement. Et les témoignages sont très concrets (lire des exemples ci-dessous). Ils ne décrivent pas le résultat d’erreurs au combat mais des pratiques délibérées. L’armée israélienne ne cesse d’assurer qu’elle fait tout pour éviter les victimes innocentes mais c’est malheureusement un mensonge. Il faut dire la vérité. En tant qu’Israélien, je veux pouvoir me tenir droit devant un miroir, sans en avoir honte.

Source : Le Temps

Site officiel : Breaking the Silence (Les soldats israéliens parlent des territoires occupés)

« Nous les avons tuées, donc elles étaient des terroristes »

Quelques témoignages de soldats et d’officiers recueillis par Breaking the Silence

Le 7 mai 2015 - Le Temps

« Un des soldats était de garde. Soudain, on entend des coups de feu, alors on court vers lui et on lui demande : « Que s’est-il passé ? » Il dit : « J’ai touché quelqu’un, je lui ai tiré dans les jambes, je ne sais pas qui c’est. » Soudain j’entends deux coups de feu. Il était fini, point final. […] Après ça, quelqu’un l’a examiné. Il n’était pas armé. »

« Les règles d’engagement dispensées aux soldats sur le terrain consistaient à ouvrir le feu, ouvrir le feu partout […]. Le postulat de départ était qu’à partir du moment où nous entrions (à Gaza), quiconque osait montrer sa tête était un terroriste. »

« Il y avait deux femmes qui marchaient dans le verger, à 800 ou 900 mètres. […] On ne pouvait pas bien voir, alors le commandant a envoyé un drone qui les a désignées. Je les ai vues, en marchant, en parlant, avec leur téléphone. Ils ont dirigé le feu sur ces jeunes femmes et les ont tuées. […] Trois tanks sont allés voir les corps, et c’étaient deux femmes d’environ 30 ans. Les corps de deux femmes, et elles n’avaient pas d’armes. Le commandant du tank est revenu et nous avons continué en les enregistrant comme des terroristes. Nous leur avons tiré dessus et, bien sûr, ce devait être des terroristes… »

« Je sais que mon unité a tiré beaucoup d’obus. L’un des officiers de mon unité a parlé du fait que nos cibles étaient très proches de nos forces et que nous les avions réellement sauvés. Il a dit que la mission était importante et que, apparemment, nous avions aussi tué un certain nombre de civils. […] C’était une situation où, soit c’étaient nos troupes, soit c’étaient les civils (qui seraient touchés). Il a dit que la question ne se posait même pas. C’était évident qu’il fallait d’abord penser à nos troupes. »

« Il y a eu une période d’environ cinq jours depuis le moment où nous avons été appelés et l’incursion terrestre. Pendant toute cette période : feu !

L’idée derrière cette action – aussi bien pendant les combats qu’après – c’était que, du moment que vous incriminiez un bâtiment – incriminer voulant dire que vous aviez vu un mouvement, même petit –, c’est qu’un terroriste pouvait peut-être y entrer. C’était une raison suffisante pour démolir l’immeuble. »

« Vous voyez la chambre des enfants, la chambre des parents, le salon et vous ne voulez pas en profiter pour utiliser les choses qui sont à l’intérieur. Mais en même temps, vous savez que le fait de les utiliser pourrait changer drastiquement votre séjour ici… »

Source : Le Temps

Site officiel : Breaking the Silence (Des soldats israéliens parlent des territoires occupés)

Lire aussi : Gaza : Israël a « ciblé directement » des enfants lors d’attaques de drones (Arrêt sur Info, le 4 mai 2015)

* * *

"On pense [Human Rights Watch] qu’en 15 ans, environ 8000 enfants ont été détenus et condamnés" (RT, 2015)

* * *

La complainte de l’enfant Palestinien : « ô monde, entends mon appel ! » (2015)

Commentaire de Norman Finkelstein à propos de cette vidéo :

« Israël adore les terroristes. Voilà la Palestine qu’Israël hait vraiment. Vive la Palestine ! »

Source : Norman Finkenlstein

* * *

L’ONU déplore la poursuite des activités de colonisation par Israël en Cisjordanie

Le 15 mai 2015, Centre d’actualité de l’ONU

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a vivement déploré vendredi la poursuite des activités de colonisation à trois reprises au cours des trois dernières semaines par les autorités israéliennes en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est.

Le chef de l’ONU « rappelle que les colonies sont illégales en vertu du droit international et demande instamment au gouvernement d’Israël d’arrêter et de revenir sur ces décisions dans l’intérêt de la paix et d’un accord juste sur le statut final », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général réitère que la communauté internationale ne reconnaît pas les actions unilatérales sur le terrain et que le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par des négociations », a-t-il ajouté.

Selon la presse, début mai, Israël a donné son feu vert à la construction de 900 logements de colons à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël.

Source : Centre d’actualité de l’ONU


http://consciencesansobjet.blogspot...