« Je me sens Charlie Coulibaly » - Suite et fin

jeudi 19 mars 2015
par  space

MAJ de la page : Première dérive sécuritaire ? Ou liberté d’expression sélective ?

http://1.bp.blogspot.com/-emkrLbQoc... <http://1.bp.blogspot.com/-emkrLbQoc...> Dieudonné avait expliqué s’être senti exclu de la marche parisienne.

« Je me sens Charlie Coulibaly » : Dieudonné est condamné

Le 18 mars 2015 - TDG

L’humoriste français écope de deux mois de prison pour avoir posté sur Facebook qu’il se sentait « Charlie Coulibaly » après les attentats de début janvier à Paris.

L’humoriste français Dieudonné a été condamné mercredi à deux mois de prison avec sursis pour apologie d’actes de terrorisme. Il était jugé pour avoir posté sur Facebook qu’il se sentait « Charlie Coulibaly » au lendemain des attentats de début janvier à Paris. Il devra également verser un euro symbolique à deux associations qui se sont constituées partie civile.

Ni Dieudonné ni ses avocats n’ont assisté à la lecture du délibéré. Interrogé par Reuters, son conseil n’a pas souhaité s’exprimer dans l’immédiat. Au total, le parquet avait demandé 200 jours-amende à 150 euros à l’encontre du polémiste, soit 30’000 euros d’amende. Il encourait jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende, les faits présumés ayant été commis en ligne.

Le 11 janvier dernier, au soir d’une grande marche citoyenne en hommage aux victimes des attentats, l’humoriste avait souligné qu’il se sentait « Charlie Coulibaly », détournant le slogan « Je suis Charlie ». Dieudonné faisait alors référence à l’un des trois auteurs des attaques, Amedy Coulibaly, qui a tué une policière et quatre juifs dans un supermarché casher à la Porte de Vincennes à Paris.

Ses déclarations avaient ensuite été retirées de sa page Facebook. Devant le tribunal correctionnel de Paris, le 4 février dernier, Dieudonné avait indiqué condamner « sans aucune retenue » les attaques des 7, 8 et 9 janvier. Il avait expliqué s’être senti exclu de la marche parisienne et traité « comme un terroriste » par les autorités.

« C’était une expression qui était en gestation dans ma recherche de paix », avait-il alors poursuivi, affirmant ne pas avoir voulu choquer les familles des victimes et regrettant que ses déclarations aient été « détournées ».

Source : TDG


http://consciencesansobjet.blogspot...