Cartographie de la méditation - Andréas Mamet

samedi 12 avril 2014
par  fiche endommagé.

Cartographie de la méditation

Par Andreas Mamet

La méditation requiert une pratique quotidienne et un engagement à vie.

Parfois, il n’est pas aisé de rentrer chez soi après une journée de travail pleine et d’avoir malgré tout la discipline nécessaire pour méditer. Il est toutefois important de pratiquer. Le mental vous suggérera de vous détendre, de regarder la télévision ou de boire quelque chose. Ignorez ces suggestions.

Les dix ou quinze premières minutes de votre méditation pourront être utilisées pour vous couper de votre travail. Lentement, le calme s’installera. Une fois que vous saurez cultiver le calme intérieur, des expériences se produiront. Tout d’un coup, vous réaliserez que vous avez la vision d’un ange ou d’un Bouddha. Vous serez très enthousiaste et vous vous direz : « Génial, j’ai des visions très élevées ! Je deviens un méditant très avancé. » Halte là ! Si vous êtes concentré par exemple sur votre respiration, votre troisième œil ou votre cœur, ceci interrompra votre concentration. Voir des anges ou des Bouddhas n’est pas le but ultime de votre pratique spirituelle, même si cela est une indication positive de vos progrès. Il y a autre chose.

Reprenez votre concentration et oubliez l’ange. Concentrez-vous à nouveau sans vous laisser perturber par de puissantes visions. Focalisez-vous sur l’objet de votre méditation. Dès lors, le calme pourra se réinstaller. A mesure que le calme grandira et gagnera en profondeur, un changement interviendra. Vous remarquerez par exemple que le calme s’est transformé en une sensation d’espace qui s’expanse au centre de votre tête. Imaginez un espace rempli d’une clarté et d’un calme lumineux, de la taille d’une grande pièce, qui se dévoile … dans votre tête. Lorsque ceci se produira, la surprise pourra être grande au point d’interrompre à nouveau votre concentration. Retournez à votre concentration. L’espace pourra continuer de s’expanser jusqu’à ce que vous ayez le sentiment qu’un espace grand comme une cathédrale se trouve dans votre tête.

A cet instant, les rapports s’inversent : là où votre conscience était à l’origine un petit espace dans votre corps, désormais, c’est votre corps qui devient un petit point à l’intérieur de votre conscience. Cela peut être extrêmement surprenant et vous inspirer de la crainte. N’ayez pas peur et reprenez votre concentration sur l’objet de votre méditation.

La méditation n’est pas le but. Le but est de disparaître dans l’Immensité cosmique.

Toutefois, à cet instant, alors que votre petit moi est sur le point de disparaître dans le vaste Océan de la Conscience, vous n’avez plus de points de repère et le mental n’ayant plus rien à quoi s’accrocher, il se sent mourir.

Ne vous arrêtez pas à ce stade. L’espace semblable à une cathédrale continue de s’expanser et devient Paix au-delà de toute compréhension.

Vous commencez à toucher à la dimension de la Samâdhi.

Voilà une brève explication des étapes de la méditation. Continuez de méditer : avec une pratique quotidienne et intense, c’est cela qui vous attend.
http://www.andreasmamet.com/articles/

Méditation avec Andréas Mamet :

http://www.andreasmamet.com

Mantras vidéos :

http://www.andreasmamet.com/enseignements/videos-mantras/

Kundalini vidéos :

http://www.andreasmamet.com/enseignements/videos-denseignement/

http://www.andreasmamet.com/articles/

Articles

Samâdhi, l’Eveil au-delà de toute identification

Extrait :

De nos jours, beau­coup de choses sont écrites sur l’Eveil (en San­skrit : Samâdhi) et sou­vent, je m’aperçois qu’on le décrit comme une expéri­ence qui apporte une amélio­ra­tion pour le chercheur spir­ituel une fois qu’il a atteint l’état de Samâdhi. Le chercheur devient spé­cial. Une ver­sion améliorée. Un mod­èle turbo.

Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. L’expérience de Samâdhi est insé­para­ble­ment liée à l’annihilation du chercheur. La sur­v­enue de Samâdhi équiv­aut à la ces­sa­tion du chercheur. Samâdhi est la sus­pen­sion de la struc­ture du soi mental.

… La suite en cli­quant sur le lien ci-dessus.

Car­togra­phie de la méditation

Extrait

La médi­ta­tion requiert une pra­tique quo­ti­di­enne et un engage­ment à vie.

Par­fois, il n’est pas aisé de ren­trer chez soi après toute une journée de tra­vail et d’avoir mal­gré tout la dis­ci­pline néces­saire pour méditer. Il est toute­fois impor­tant de pra­ti­quer. Le men­tal vous sug­gér­era de vous déten­dre, de regarder la télévi­sion ou de boire quelque chose. Ignorez ces suggestions.

Les dix ou quinze pre­mières min­utes de votre médi­ta­tion pour­ront être util­isées pour vous couper de votre tra­vail. Lente­ment, le calme s’installera. Une fois que vous saurez cul­tiver le calme intérieur, des expéri­ences se pro­duiront. Tout d’un coup, il se peut que vous réal­isiez que vous avez la vision d’un ange ou d’un Boud­dha. Vous serez très ent­hou­si­aste et vous vous direz : « Génial, j’ai des visions très élevées ! Je deviens un médi­tant très avancé. » Halte là ! Si vous êtes con­cen­tré par exem­ple sur votre res­pi­ra­tion, votre troisième œil ou votre cœur, ceci inter­rompra votre con­cen­tra­tion. Voir des anges ou des Boud­dhas n’est pas le but ultime de votre pra­tique spir­ituelle, même si cela est une indi­ca­tion pos­i­tive de vos pro­grès. Il y a autre chose.

… La suite en cli­quant sur le lien ci-dessus..
http://www.andreasmamet.com/articles/

Andreas Mamet a com­mencé sa quête spir­ituelle en 1973. Il a été ini­tiale­ment formé au Hatha Yoga, ainsi qu’aux médi­ta­tions Mantra and Kriya par un yogi du nom de Mahin­dra. En 1975, il a passé six mois en Inde, dans l’Himalaya, et a vécu sa toute pre­mière expéri­ence de Sâmadhi. Il y a suivi un appren­tis­sage plus poussé auprès de yogis vivant dans des grottes et dans des ashrams au bord du Gange et à la fron­tière tibé­taine. En 1976, il est retourné en Inde et y a passé les cinq années suiv­antes à appro­fondir sa pra­tique auprès d’Osho, médi­tant entre 5 et 12 heures par jour pen­dant ces cinq années.

En 1981, il a par­couru le Japon, les États-Unis et l’Allemagne pour com­mencer à ani­mer des stages de Shakti dont le but était de partager avec les par­tic­i­pants ce qu’il appelle « l’ouverture de l’espace intérieur ».

Il a vécu à Mont Shasta, en Cal­i­fornie, pen­dant 18 ans. Actuelle­ment, il anime des stages de médi­ta­tion et donne des séances indi­vidu­elles en France, aux États-Unis et au Chili notamment.

Il con­tinue d’enseigner les tech­niques de médi­ta­tion les plus effi­caces qu’il ait pra­tiqué (mantras, Ho’oponopono, Kriya, médi­ta­tions d’Osho en mou­ve­ment, Chi Gong…), mais met surtout l’accent sur la puis­sance des mantras. Habi­tant à Paris, il y enseigne chaque semaine. Il anime en par­ti­c­ulier des cer­cles de réc­i­ta­tion de mantras au cours desquels les pra­ti­quants sont placés au cen­tre du cer­cle et peu­vent ainsi vivre toute la puis­sance de trans­for­ma­tion des mantras.

Il est l’auteur de Graines d’éveil pour occi­den­taux désori­en­tés (mars 2012, édi­tions Véga).

Article sur la méditation :

http://www.andreasmamet.com/articles/


Cartographie de la méditation - Andréas Mamet