« Netanyahou est arrogant, ignorant et stupide »

jeudi 5 mars 2015
par  space

MAJ de la page : Iran, un autre point de vue / Les responsables de l’antisémitisme selon Norman Finkenlstein

Ancien président du Parlement israélien, Avraham Burg est à Genève pour le FIFDH [Film et Forum International sur les Droits Humain, Genève, du 27 février au 8 mars]. Il dénonce « l’autisme » du premier ministre.

Par Andrés Allemand, le 3 mars 2015 - Tribune de Genève

http://3.bp.blogspot.com/-IsG_vlp9v... <http://3.bp.blogspot.com/-IsG_vlp9v...> Avraham Burg, ancien président du Parlement israélien.

« C’est fou ça ! Depuis mon arrivée à Genève, on ne me parle que de Bibi Netanyahou ! A croire qu’il est allé à Washington s’adresser au Congrès américain juste pour me faire de l’ombre ici au Festival international du film sur les droits de l’homme ! » L’ironie n’est jamais loin avec le très décapant Avraham Burg. L’ancien président travailliste du Parlement israélien, qui fut jadis à la tête de l’Agence juive et de l’Organisation sioniste mondiale n’a pas peur de déplaire. Aux élections du 17 mars, il soutient la « Liste unie » des Arabes israéliens.

Benjamin Netanyahou dit que l’Iran peut faire une bombe atomique très vite. Le Mossad dit le contraire. Qui croire ?

Mais ça fait des années que Bibi dit que ce n’est plus qu’une question de semaines ! Franchement, c’est une question un peu stupide. Qui peut répondre en connaissance de cause ? Tout le monde donne son opinion, mais au fond il n’y a peut-être qu’une quinzaine d’experts au monde qui savent vraiment de quoi ils parlent.

Ce qui est sûr, c’est qu’en déclarant une guerre tactique contre les Etats-Unis, Bibi fait preuve d’arrogance, d’ignorance et de stupidité. Je m’explique. Netanyahou croit connaître l’Amérique mieux que les Américains. Il agit comme si, tous les quatre ans, ceux-ci allaient aux urnes dans le but d’élire le meilleur président possible pour Israël.

Par ailleurs, il ne voit les Etats-Unis qu’à travers le prisme très étroit de la droite néo-conservatrice, du Tea Party et des évangéliques sionistes. Que connaît-il de la majorité des juifs étasuniens, qui sont libéraux et votent démocrate ? Qui sait-il des mutations démographiques qui consacrent la montée des minorités (Hispaniques, Afro-Américains, etc.) très peu concernées par l’avenir d’Israël ?

Enfin, ce n’est pas très malin de se mettre à dos les Etats-Unis dont nous sommes si dépendants pour notre défense !

Craignez-vous un contrecoup pour Israël ?

Si Bibi fait capoter un deal sur l’Iran, ça va être l’enfer pendant deux ans avec Obama, car c’était là l’héritage que celui-ci voulait laisser. Sans compter qu’un autre démocrate pourrait lui succéder ! Je me demande si Netanyahou souffre d’Asperger (je sais, ce n’est pas sympa pour les autistes). Est-ce qu’il se rend compte qu’il crée de l’animosité contre Israël partout dans le monde ? Ne voit-il pas qu’en Occident émerge une nouvelle génération, moins marquée par l’Histoire et davantage préoccupée par les droits de l’homme ? Bibi veut-il vraiment faire d’Israël un Etat paria ?

Au fait, a-t-il même un plan pour résoudre le conflit israélo-palestinien ?

En réalité, ce que veut Bibi, c’est simplement conserver à la fois son pouvoir et le contrôle sur le territoire du Grand Israël. Pour lui, c’est la moins mauvaise des solutions. Il dit qu’il y a moins de tensions qu’avant, que l’économie va mieux… Bref, il ne faut rien changer. Peu importe qu’il se déclare favorable, sur le principe, à la création future d’un Etat palestinien. A ses yeux, ce serait une menace. Il est le roi des imposteurs !

Alors pourquoi les Israéliens votent-ils pour lui ?

En Israël, nous élisons toujours le meilleur des imposteurs. Or, Netanyahou est le champion de la peur… Celle qui pousse ses concitoyens à voter conservateur. Malheureusement les spectres qu’il agite sont beaucoup plus effrayants que ceux convoqués par les travaillistes. Quand ceux-ci disent « démographie arabe », Bibi dit « bombe iranienne ». Quand ils disent « recul de la démocratie », lui répond « Holocauste ». Il utilise un langage traumatique qui nous touche tous personnellement.

Est-il même encore possible de créer un Etat palestinien ?

Je l’espère. Mais c’est peut-être déjà trop tard. Et dans ce cas, il faut quand même avoir quelque chose à proposer. S’il n’y a qu’un Etat entre la mer et le Jourdain, il faut au moins que tous y aient les mêmes droits et que les ressources ne soient pas accaparées par les juifs.

Source : Tribune de Genève

http://2.bp.blogspot.com/-xVRHF7wgz... <http://2.bp.blogspot.com/-xVRHF7wgz...>

Netanyahou, président de la droite américaine ?

par Serge Halimi, mercredi 4 mars 2015 - Le Monde diplomatique

Il y a une vingtaine d’années, un ancien candidat républicain à l’élection présidentielle américaine avait comparé le Congrès des Etats-Unis à un « territoire israélien occupé ». En 2015, il est devenu inimaginable qu’un dirigeant républicain s’exprime avec autant de perfidie. M. Benyamin Netanyahou et ses idées s’imposent en effet sans résistance et sans effort dans le cénacle des parlementaires de Washington. Ils rencontrent davantage d’opposition… à la Knesset israélienne.

La chose ne s’explique pas uniquement par une majorité républicaine dans les deux chambres du Congrès, car les démocrates — et M. Barack Obama lui-même — ne refusent presque jamais rien à la droite israélienne et à son puissant lobby, l’AIPAC (1). Défendant devant celui-ci la cause du président des Etats-Unis et de son administration, Mme Samantha Powers, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, vient de rappeler que, ces six dernières années, le président Obama avait consacré 20 milliards de dollars à la sécurité d’Israël (2).

Source (et suite) du texte : Le Monde diplomatique

VU DES ÉTATS-UNIS

Le défi lancé par Nétanyahou à Obama

le 4 mars 2015 - Courrier international

La presse américaine est divisée comme jamais après le discours du Premier ministre israélien au Congrès. Mais s’accorde en général sur un point : cette intervention complique encore la tâche de Barack Obama dans les négociations sur le nucléaire iranien.

Source (et suite) du texte : Courrier international

Une défaite électorale de Netanyahou n’annoncera pas la rédemption d’Israël

Par Gideon Levy, Le 1er mars 2015 – Haaretz

Arrêtons de clouer au pilori le Premier ministre : les changements seront bien moindres que prévus si le centre-gauche prend le pouvoir.

[Commentaire de Norman Finkelstein : Hélas, il a tout à fait raison]

Benjamin Netanyahu n’a pas anéanti ou détruit les relations d’Israël avec les États-Unis. C’est bien dommage, car peu de choses ont corrompu Israël plus que ses relations perverties avec l’Amérique. Le Premier ministre israélien n’a fait que détruire ses relations personnelles avec l’administration US actuelle. Ce n’est pas une bonne chose, mais ce n’est pas catastrophique.

Washington continuera à financer, armer et soutenir Israël aveuglément dans toutes ses guerres et occupations, avec Netanyahou ou sans lui. Et son embrassade étroite avec les premiers ministres israéliens reprendra une fois que l’actuel aura été remplacé. Attendez seulement de voir les Américains et les Européens applaudir si Isaac Herzog est élu ; vous verrez comment tout reviendra à la normale sans aucun dommage durable.

Source (et suite) du texte : Haaretz / Le Shaker francophone (trad)

Voir aussi la page : Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine


http://consciencesansobjet.blogspot...