Extrait d’une Conversation avec un Arbre. « &#160 ;Nos verbes et nos gestes sont de silences et de...

jeudi 11 décembre 2014

Extrait d’une Conversation avec un Arbre.

« Nos verbes et nos gestes sont de silences et de feuilles, et notre effort, notre croissance, sont dans l’œuvre du temps, des saisons, et du temps de nous-mêmes.Il n’y a que tendresse et patience, dans le bois prolongé, étiré, agrippé, embrassant et fusionnant tous les bois alentours, et lorsqu’il touche, il devient.Devenant l’autre, nous pourrions dire, « je connais ». Mais nous ne disons pas, car nos paroles sont mortes déjà au silence des montagnes.La sève imbibant la forêt entière qu’elle porte en elle, tient de sa vie la souvenance de qui nous sommes.Nous les arbres, ne pouvons être un arbre, sans les être tous et ne connaissons d’expérience que celle de toute la forêt.Silence de feuilles, et montée de sève, sont nos sagesses, auxquelles nous n’échappons pas, car un arbre, ne fuit jamais dans sa solitude ; qu’il désigne un tronc et s’exclame : « voici mon tronc ! » , et la forêt entière bruisse en lui, d’un seul geste aux milles branches.Il ne se trouve ainsi nulle part. Lorsqu’un arbre regarde longuement, de son œil végétal et vivant, il devient ; Il devient, et son devenir repose tout entier dans sa vision. Si bien que voir ou être, ne fait plus la moindre, la moindre différence.Les hommes qui se promènent fièrement sur leurs jambes, se disent « je t’aime » et dans ces mots, ils regardent sans devenir ; Ils regardent, restent deux, prennent et s’en vont. Notre histoire d’arbre, c’est que tout ce que nous voyons nous le sommes, et dans cette transformation sans repos, cet élargissement d’être croissant, ascendant, nous sommes chacun la forêt vibrante dans la forêt et c’est notre amour. »


http://www.annegaelle.ch/post/10492...