La fraicheur de l’instant - Betty

mardi 15 novembre 2011
par  fiche endommagé.

Livre : La fraicheur de l’instant - Betty

Ce témoignage est une invitation à reconnaître que ce que nous percevons n’est qu’un rêve auquel nous nous identifions. Nous sommes prisonniers de notre propre construction mentale, de l’image de nous-mêmes que nous nous sommes fabriquée. Nous sommes préoccupés par nos désirs, nos ambitions… et notre quête spirituelle. Notre préoccupation constante au sujet de notre personnage est ce que nous nommons habituellement notre réalité, et que Betty appelle "un rêve d’individualité". Ce rêve est une construction mentale robotique. Ce livre est le témoignage de "la fin d’un rêve d’individualité", de l’individu que l’on croit être. Le rêveur est conditionné à croire (réagir avec sa mémoire) et non pas à voir directement et lucidement l’événement qui se déroule dans l’instant. Betty démonte magistralement ce fonctionnement erroné. Voir prendra la forme du symbole "On ne rêve que de soi". La façon la plus directe de se voir est de regarder le moment présent comme étant le reflet précis de qui on croit être. Pour que disparaissent les vitres illusoires de son aquarium personnel, le rêveur n’a qu’à regarder ce qui se déroule dans sa vie quotidienne. La vigilance est essentielle pour cette remise en question, une vigilance constante à remettre son attention dans l’instant. Betty constatant que "le rêve est un mécanisme désincarné, sans âme, répétitif, une machine" ; un lâcher prise fondamental en résulte. Avec le lâcher prise vint le basculement : "Je suis l’inconnu, le vivant… La Vie est comme une source d’eau vive qui jaillit…". Avec des mots simples, un langage clair et direct, Betty nous parle de ce courant vivant, vibrant. Un livre passionnant, un témoignage extrêmement précieux qui se lit en même temps comme un roman. Son invitation pour accomplir notre propre voyage intérieur est un vrai message de joie.

http://eveilimpersonnel.blogspot.fr/2013/11/la-fraicheur-de-linstant-betty.html
___________________________________________

Sur le blog de Brideva :

Chers apprentis de la grande Joie, voici la suite savoureuse de cet entretien avec Betty sur l’arrêt du rêve d’individualité.
Et cette fois elle nous invite aux travaux pratiques : voir l’illusion des histoires, scénarios du personnage que nous croyons être, notre compulsion à vouloir agir, à croire les pensées de notre "mental réactif".
Impossible de chômer même en vacances ! Et quand les conclusions du mental se pointent à l’horizon, sortir l’arme fatale façon Betty. Se dire : "je ne te crois pas " ! car les "pensées viennent de la machine à rêver " ! trop top ! comme elle dit !
Dans cette deuxième partie, les perles de vérité impersonnelles et non absolues et la vie s’expriment au travers de Betty simplement, à leur façon. Et quand "l’élan de la vérité devient plus fort que l’amélioration du personnage", la grande joie, dépourvue de concepts, pure fraicheur de l’instant fleurit en nous. Merci Betty pour ce fabuleux cadeau !

http://brideva.blogspot.fr/2013/08/betty-larret-du-reve-dindividualite-itw_4.html

Première partie : 24 mn

http://www.youtube.com/watch?v=oC8McFyn7QQ

Deuxième partie : 17 mn

http://www.youtube.com/watch?v=zCM5V3elh10

Extrait du texte : Le rêve d’individualité : l’inconcevable réalité
Revue : 3emillénaire
http://www.revue3emillenaire.com/

"En regardant mon propre fonctionnement, j’ai vu que c’était un rêve d´individualité.
Vous vous demandez : comment est-ce possible ? Le "comment” fait partie du mécanisme de ce rêve. La compulsion à se questionner sans arrêt, et à chercher machinalement une réponse satisfaisante, EST le rêve d’individualité. Quand vous avez l’impression d’avoir compris quelque chose, regardez votre acharnement à maintenir votre opinion en prétendant savoir la vérité. Cette obsession édifie votre espace personnel, votre "moi", alors qu’il est en fait une prison, un enfermement mental qui vous étouffe et amplifie cette sensation de malaise : le mal d’être. Vous vous êtes emmuré vivant !
Ce mal d’être est une erreur de perception !
Voulez-vous vraiment voir comment fonctionne le rêve ou désirez-vous que la vérité s’accorde à votre rêve d’individualité ?
Ce que j’appelle le rêve est l’entièreté de ce qui est perçu le jour comme la nuit. Que l’on parle
de perceptions sensorielles, extra sensorielles, visions mystiques, rêve nocturnes, rêves
lucides, voyages dans d’autres mondes, altération de conscience.
Vous vous demandez : comment voir ? Le voulez-vous vraiment ?
L’intention réelle suffira à vous installer dans votre mirador personnel, votre poste d’observation.
A votre rythme, vous verrez d’instant en instant, fraîchement, comment vous vous êtes bâtis.
Comme les émotions ne sont pas sous votre contrôle, laissez les se déployer à leur façon. Soyez témoin de ce déploiement et vous constaterez que les émotions se déracineront d’elles-mêmes. Une émotion a un début et une fin. Par votre volonté personnelle, vous avez stoppé sa route et elle s’est cristallisée en vous. Elle est la colle qui tient ensemble le rêveur, elle est le carburant du mental réactif. L’un n’existe pas sans l’autre. Soyez attentif ! "
Betty

Extrait de l’ouvrage :

L’art de voir

Qui est le soi ? Existe-t-il réellement ? Comment le voir sans le laisser vous rembobiner dans le rêve à nouveau ?
Le soi dont on parle ici est le rêveur, le personnage que l’on croit être. Ce personnage vous semble être un individu réel qui évalue, veut se perfectionner, s’améliorer et même s’illuminer. Il est celui que vous appelez « moi ». Il veut se réaliser dans le futur, car il croit au temps d’apprentissage par l’accumulation de connaissances. Il vit dans le temps.
Mais qu’est-ce que le temps ? Le temps est le mouvement imaginaire de ce personnage. Ce personnage est une erreur de perception, un personnage fictif, un amalgame de souvenirs, de théories et d’habitudes.
Regardez honnêtement ce qui définit votre « je », sur quoi repose votre identité. La personne que vous avez cru être dans le passé, que vous croyez être maintenant et que vous prévoyez devenir dans le futur n’est jamais stable, jamais identifiable. Quand vous proclamez : « Moi, je sais que… », de qui parlez-vous ? à partir de quel point de vue ?

Le lâcher-prise
Le lâcher-prise est la reconnaissance de l’évidence que la vie n’a pas besoin du rêveur pour être, pour s’exprimer à travers le corps. Lâcher prise partiellement est vouloir garder vivant ce personnage. Si ce lâcher-prise est partiel, il est conditionnel et relève d’une décision mentale qui garde le contrôle.
S’interroger sur la validité de soi est la seule vraie remise en question, la seule véritable interrogation. Elle créera un doute fondamental au cœur même de ce personnage fictif : « Se pourrait-il que je n’existe pas et que le « je » ne soit qu’une illusion ? Se pourrait-il qu’il n’y ait pas d’être lumineux à l’intérieur de moi qui attende juste d’être éveillé ? Se pourrait-il que je sois seulement l’idée que je me suis faite de moi-même ? »
L’honnêteté vis-à-vis de ces questions va déterminer votre disponibilité véritable à voir la réalité une fois pour toute. Elle va créer une ouverture qui donnera le recul nécessaire pour voir ce personnage en action. Cet ultime lâcher-prise vous laissera seul, positionné sur le seuil de la grande machine à rêver, libre pour voir qui est ce personnage que vous imaginez être.
Ce lâcher-prise déstabilisera l’égo, l’individu, le rêveur, le chercheur qui croit contrôler sa vie et celle des autres. Désirez-vous encore travailler à améliorer ce personnage fictif ? À le sauver ? À lui donner de la force, du courage ? À le consoler de ses peines imaginaires ? À l’amener sur un chemin imaginaire vers une libération remplie d’amour et de réconfort ?

Voir
L’art de voir est un don commun à l’humanité. Il vous appartient fondamentalement. Perdu dans le tourbillon de votre désir de devenir, de vous investir dans une personnalité mécanique, vous avez oublié la véritable nature de l’être humain.
Quand je parle de voir, je ne parle pas de prendre le chemin d’une nouvelle quête spirituelle qui bonifierait votre personnage imaginaire. Je parle de développer une attention lucide, dans l’instant. Assoyez-vous à l’intérieur de vous sur un petit banc, soyez immobile et ouvrez les yeux de l’intérieur.
L’œil intérieur est un regard de braise qui voit que le mental réactif vous impose son rythme duel ; un regard lucide qui voit la valse des émotions ; un regard qui voit le premier trait de chaque esquisse des scénarios du mental réactif.
Regardez comment vous fonctionnez. Regardez cette compulsion à vous laisser aspirer par le rêve d’individualité. Regardez bien en face ce personnage, regardez-le s’émouvoir, quêter des sensations et les traduire. Regardez-le réagir, avoir une opinion personnelle, se débattre pour avoir raison, et vous découvrirez les rouages de cette machine à rêver.
Le personnage prétendra que voir lucidement dans l’instant est hasardeux, même dangereux pour lui. Il a bien raison. Il vous enverra des messages d’instabilité. Il veut chercher des solutions dans ses connaissances, dans le passé. Voir le garde dans le moment présent. Il ne sait plus comment fonctionner. Laissez-le s’inquiéter et regardez cette machine en action. Porter votre attention et la maintenir dans l’instant dénature ce personnage, le maintient hors de son milieu de survie imaginaire.

Qui regarde ?
C’est le personnage qui regarde, car il a la capacité de se voir rétroactivement, et son regard est teinté de ce qu’il croit être. Il se multiplie à l’infini et n’abdique pas facilement. Il se voit à travers le filtre de ses émotions, de ses sensations corporelles et de ses convictions mentales.
Tout ce que ce personnage croit être contribue subtilement à le repêcher et à le relancer dans sa bouillie mentale. La vigilance est essentielle pour cette remise en question perpétuelle, une vigilance constante à remettre son attention dans l’instant.
Le rêveur est conditionné à CROIRE (réagir avec sa mémoire) et non pas à VOIR directement et lucidement l’événement qui se déroule dans l’instant. Cet évènement qui se déroule dans l’instant est le miroir du personnage que vous croyez être. Vous croyez que voir dans l’instant demande beaucoup plus d’énergie que rêver ? Et si vous vous trompiez ? Rêver c’est être mort et persister à affirmer dans le temps : je vis !
Voir vous donne l’impression de vous réveiller le matin en étant conscient simultanément du retour à la réalité et des sensations éprouvées par le personnage dans votre rêve diurne. Vous vous identifiez au personnage et à celui qui le regarde successivement jusqu’au réveil complet. Vous avez l’impression de vous réveiller d’un rêve, doucement à votre rythme. Voir n’est pas un atterrissage d’urgence en catastrophe, mais ouvrir les yeux doucement et constater : je rêvais. Ne vous inventez pas de scénarios spectaculaires. C’est beaucoup plus simple et naturel que vous le croyez.

Qu’est-ce que l’instant, et pourquoi se repositionner dans l’instant ?
Dans le rêve, on ne voit que ce qui est mort, passé, daté, jamais le Vivant. Le rêveur vit dans un univers figé, inanimé. Il vagabonde dans le temps, flâne dans sa mémoire pour évaluer pour la millième fois les connaissances qu’il croit avoir accumulées. Ces connaissances, il les garde en prévision d’un désastre ou d’un moment de grâce, afin de réagir face à l’inconnu. Remettez constamment votre horloge à zéro et maintenez-la à zéro autant que possible. Ce temps accumulé, cette mémoire qui semble être la matrice de votre vie, n’existe que dans le rêve. Constatez la tangente qu’essaie de prendre le personnage à chaque tentative de remise à zéro, constatez comment le mental se rebiffe et essaie de recycler le scénario sur le chemin du progrès vers la libération à travers la mémoire. Maintenir l’attention dans l’instant désencombre le mental réactif, l’empêche de puiser dans la mémoire pour construire de nouveaux scénarios.
Êtes-vous vraiment disponible pour accueillir le fait que vous ne saurez jamais à l’avance ce qui arrivera dans la prochaine seconde, qu’aucune porte pour quitter le rêve n’existe ? Il n’y a personne à éveiller, personne à consulter, personne à épargner ; il n’y a personne.

http://eveilimpersonnel.blogspot.fr/2013/11/la-fraicheur-de-linstant-betty.html

- Enfin, deux vidéos de Betty :

http://cequiest.over-blog.com/2013/11/betty.html


La fraicheur de l’instant - Betty